14 juillet

Le 14 juillet 1953, une manifestation anticoloniale est réprimée dans le sang à Paris : sept morts, tués par balles, par la police. Un massacre oublié.

Entretien. Si les massacres du 17 octobre 1961 et de Charonne sont désormais connus, celui du 14 juillet 1953, où six manifestants algériens et un métallo français tombèrent sous les balles de la police, reste plongé dans l’oubli.
Un ennemi, un bon ennemi. Pour l’extrême droite française, l’Algérie occupera toujours une place de choix dans cette catégorie.

Cette année encore, la « fête nationale » a donné lieu à une débauche d’émissions et de reportages en l’honneur du président de la République et de l'armée. 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à 14 juillet