Vénézuela

Guaido, le « président » choisi par Trump et autoproclamé depuis la fin du mois de janvier a tenté un nouveau coup de force le 30 avril dernier.

Deux mois après l’autoproclamation, programmée depuis Washington, de Juan Guaido comme « président intérimaire », et un mois après sa tentative d’ « invasion humanitaire » à partir de la frontière colombienne, la situation reste très incertaine au Venezuela.
Nicolás Maduro et le président autoproclamé Juan Guaidó, soutenu par les États-Unis, se livrent un bras de fer autour d’une supposée « aide humanitaire » pendant que le quotidien des VénézuélienEs s’aggrave, semaine après semaine.
Nous reproduisons, avec l’aimable autorisation de son auteur, une interview donnée par notre camarade Franck Gaudichaud à l’hebdomadaire suisse Gauche hebdo.
Emmanuel Macron l’a annoncé par voie de tweet lundi 4 février au matin : « Les Vénézuéliens ont le droit de s’exprimer librement et démocratiquement.
Les VénézuélienEs subissent depuis des  années une crise économique sans    précédent. L’économie vénézuélienne, dépendante de la rente pétrolière, a subi de plein fouet la chute des cours du pétrole à l’été 2014.
Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, s’est autoproclamé président de la République, fonction pourtant occupée par Nicolás Maduro.
Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, s’est autoproclamé président de la République, fonction pourtant occupée par Nicol
L’heure est grave en Amérique latine. Le mercredi 23 janvier 2019, Juan Guaidó, un politicien inconnu arrivé à la présidence de l’Assemblée nationale vénézuélienne par le mécanisme de la rotation des partis, s’est autoproclamé « président » de la République bolivarienne du Venezuela.
Par Marea socialista, traduit et publié par alencontre.org. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Vénézuela