sélection scolaire

Pour la deuxième année, la plateforme Parcoursup, machine à sélectionner contre laquelle les lycéenEs s’étaient mobilisés par dizaines de milliers, est entrée en action. 

Entretien. Alors que la loi ORE est en train de faire ses victimes et brise les rêves de milliers de lycéenEs au sujet de leur avenir, beaucoup ne restent pas l’arme au pied face à la réforme.
On aura rarement autant menti aux étudiantEs et lycéenEs pour faire passer une réforme que les gouvernements successifs n’avaient cessé de repousser.
Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, l’avait promis dès son entrée en fonction : il allait changer le système d’admission à l’université (le site APB).
Quelques semaines après la fin du dépôt des vœux dans le mécanisme de ParcourSup, nouveau dispositif d’inscription dans l’enseignement supérieur entretien avec une professeure en sciences économiques et sociales et professeure principale de terminale dans un lycée en Seine-Saint-De
En 1986, face à une immense mobilisation de la jeunesse scolarisée, Alain Devaquet, ministre de l’enseignement supérieur de Chirac, dut remballer son projet de loi et démissionner.
Avec les attaques à la sauce Macron-Blanquer-Vidal, les dernières pièces du puzzle du démantèlement général du service public de l’éducation sont en train de s’emboîter. 
Au-delà du simple changement d’APB en ParcourSup, la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants (loi ORE) prévoit un bouleversement total du premier cycle universitaire. 
La motion ci-dessous a été adoptée à l’unanimité du 4e congrès du NPA. 
Le climat social commence à changer.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à sélection scolaire