sélection scolaire

Pour la deuxième année, la plateforme Parcoursup, machine à sélectionner contre laquelle les lycéenEs s’étaient mobilisés par dizaines de milliers, est entrée en action. 

Pour la deuxième année, la plateforme Parcoursup, machine à sélectionner contre laquelle les lycéenEs s’étaient mobilisés par dizaines de milliers, est entrée en action. 
Depuis plusieurs mois, les militantEs du NPA et de l’UNEF se mobilisent au côté des sans-facs à l’université Paris X Nanterre.
La rentrée du gouvernement en matière d’éducation, c’est sélection sociale, austérité budgétaire et casse du statut des enseignantEs.
« Aucun élève ne sera sans affectation et les chiffres que l’on a nous laissent penser qu’il y aura de la place pour tout le monde » : voilà ce qu’affirmait Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le 27 juin sur France 2. 
Alors que plus de 110 000 étudiantEs sont toujours en attente d’une affectation sur Parcoursup, dans de nombreuses facs, les militantEs préparent la rentrée avec une campagne pour inscrire touTEs ces étudiantEs recalés par la réforme.
Bientôt deux mois que dans de nombreuses familles, la consultation quotidienne de la plateforme Parcoursup’ est devenue un rituel presque machinal duquel on n’attend rien. Au mieux quelques places sur une liste d’attente. Au pire, un statu quo qui pourrait durer jusqu’en septembre.
Au fur et à mesure que les résultats de Parcoursup tombent, et alors que nous sommes à une semaine du bac, on commence à comprendre plus profondément la réalité de ce que donne l’algorithme qui était censé faire des miracles après APB.
Tous les syndicats du secondaire et de l’enseignement supérieur, ainsi que les organisations de jeunesse, avaient prévenu que la sélection à l’entrée de l’université introduite par la loi ORE et Parcoursup toucherait avant tout les lycéenEs des quartiers populaires.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à sélection scolaire