rythmes scolaires

Des milliers de postes ont été supprimés en 5 ans sous Sarkozy... et bien entendu pas restitués par Hollande. Ainsi, depuis 2008, il manquerait 1 800 postes de remplaçantEs et 4 000 postes d’enseignantEs de RASED (réseaux d’aide spécialisée aux enfants en difficulté).

Dossier réalisé par la commission Éducation nationale du NPA
Le gouvernement a publié Jeudi 8 Mai le décret Hamon dit « d’assouplissement » des rythmes scolaires.
Face à l’accumulation de problèmes auxquels la réforme est confrontée, Valls et son nouveau ministre de l’Éducation, Benoît Hamon, ont annoncé un « assouplissement » qui ressemble surtout à une esquive.
Dans un premier temps, la plupart des personnels de la Ville de Paris et leurs syndicats majoritaires, l’UNSA et la CGT, ne s’étaient pas opposés à la mise en œuvre de la réforme. Mais les conditions de cette mise en œuvre les ont fortement indignés...
Comment les contre-réformes de Peillon poursuivent et approfondissent celles des gouvernements précédents, de gauche comme de droite, en renforçant la caractère de ségrégation sociale de l’école…
La grève unitaire du 5 décembre a été suivie au même niveau que les grèves des 13 et 14 novembre, appelées par les seules FO, la CGT et Sud, sans le SNUipp-FSU.
La mobilisation contre la réforme des rythmes scolaires est une illustration des relations complexes que les enseignants entretiennent à l’appareil d’Etat.
Le congrès des maires qui s’est déroulé la semaine dernière s’est fait l’écho de la grogne des élus locaux. Rien d’étonnant...
Les journées de grève des 12, 13 ou 14 novembre dans l’éducation ont été comme annoncé des réussites.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à rythmes scolaires