Rif

Dans la nuit du vendredi 5 avril, quelques jours après la visite du Pape à l’occasion de laquelle la monarchie marocaine a cherché à vendre une image « d’ouverture et de tolérance »,  la justice « indépendante » de la dictature de Mohamed VI a confirmé, après un simulacre de procès, le

Le procès fleuve des manifestants du hirak du Rif s’est achevé mardi 26 juin au soir, sur de très lourdes peines, dignes des « années de plomb ». Les principaux animateurs du mouvement populaire rifain ont écopé de 20 ans de prison.
La mobilisation populaire au Rif a maintenant un an d’existence.
Le 28 octobre, le hirak (« mouvement ») rifain aura un an d’existence. Le bilan est lourd : plus de 1 000 interpellations, près de 500 personnes poursuivies ou en détention, trois morts, des dizaines de grévistes de la faim dont certains sont dans un état critique.
Le Maroc aurait été « épargné » par la vague de soulèvements de 2011, en raison de la forte légitimité de la monarchie, à croire certains.
Le 20 juillet dernier, une grande journée de mobilisation était organisée dans le Rif, en rébellion depuis plusieurs mois contre le pouvoir marocain.
Entretien. Depuis plusieurs mois, les habitantEs du Rif, au nord du Maroc, se mobilisent pour davantage de dignité et de justice sociale. Ils font face à une répression féroce du régime.
La vague de répression depuis le 26 mai avait pour objectif de disloquer la direction du mouvement populaire, espérant ainsi le désorganiser, le contraindre à « négocier » selon les termes du pouvoir, à avorter tout processus d’extension géographique de la mobilisation (voir l’Anticapitaliste
Depuis 7 mois, le peuple du Rif mène une lutte ininterrompue pour défendre ses droits sociaux, démocratiques, culturels.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Rif