Philippe Poutou

Ford n’a pas attendu le terme du délai (17 décembre) pour faire tomber le couperet : la multinationale qui a fait des milliards de profits l’année dernière, refuse le plan de reprise par Punch qui maintenait 400 emplois dans l’usine de Blanquefort.

Par Amandine Réaux, publié par Le Lab Europe 1. 
Retour sur une année marquée par une campagne électorale riche en émotions, mais aussi et surtout par un investissement au côté de celles et ceux qui refusent de se résigner face à un système de plus en plus injuste et barbare. 
Publié par Baalouche Seina, France Bleu Gironde. Une petite centaine de salariés du site de Blanquefort présents et mobi
Il n’y a aucun doute, l’année 2018 sera déterminante. Forcément il va se passer des choses : soit Ford annonce une nouvelle production pour assurer la pérennité du site à partir de 2019 soit c’est la confirmation d’un processus de liquidation. Cela n’aurait aucun sens de faire des pronostics.
Une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel du NPA Béarn (64), vendredi 8 décembre.
Temps froid et neige à quelques centaines de mètres de la Porte de Clichy, c’est-à-dire non loin du chantier du nouveau Palais de justice en constrution entre le périphérique et le boulevard extérieur.
La première fête du NPA 87 a été une réussite puisque plus de 120 personnes ont participé à ce moment festif et militant. 
Près de 500 militantEs se sont retouvés devant le tribunal de grande instance de Versailles le jeudi 16 novembre pour affirmer leur soutien aux 9 militants de la CGT PSA Poissy poursuivis pour prétendument avoir séquestré un responsable hiérarchique. 
Dans un contexte d’inquiétude générale quant à l’avenir de l’usine Ford de Blanquefort (33), une décision de justice condamnant la multinationale pourrait redonner confiance aux salariéEs.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Philippe Poutou