Philippe Poutou

Samedi 25 mars, notre candidat a participé, une nouvelle fois, à la manifestation d’environ 2 000 personnes organisée par Bagoaz pour dénoncer le sort des prisonnierEs basques malades, en particulier celui d’Oier Gomez dont l’état de santé très préoccupant ne peut que s’aggraver si son incarcérat

Salle comble pour public comblé... Jeudi 23 mars, 250 personnes ont suivi le discours du candidat du NPA. À la tribune : Ghislaine Tormos, ex-gréviste de PSA Aulnay, actuellement à PSA Poissy, a décrit ce qu’est l’exploitation pour une travailleuse syndiquée à la CGT, dans l’automobile.
Dans une campagne instable et imprévisible, chaque semaine apporte son lot de nouvelles affaires. Et aucun candidat se voulant « anti-système » ne semble épargné... 
Un quart d’heure avant le début du meeting, les chaises étaient déjà presque toutes occupées ! Assis par terre, debout au fond de la salle… ce sont presque 230 personnes, en très grande majorité des jeunes, qui ont assisté au meeting de Philippe Poutou à Grenoble lundi 13 mars.
À la dernière publication au Conseil constitutionnel le mardi 14 mars, nous avions seulement 357 parrainages validés, et nous en avions pour notre part recensé entre 400 et 420. Le vendredi 17 mars, c’est 573 parrainages qui étaient arrivés avant 18 heures rue de Montpensier… 
Il ne manque pas de journalistes ou de personnes pour nous interpeller, « oui, tout ça, c’est très bien, mais c’est totalement utopique ». Une façon qui se veut sympathique et élégante, cependant un peu condescendante... de clore la discussion, de disqualifier par avance nos arguments.
Cette élection présidentielle a un petit goût de fin de règne…
Les « principaux candidats » ont débattu ensemble sur TF1 il y a quelques jours. Le Pen y a montré sa démagogie raciste. Fillon sa volonté de casser tous les droits des salariés. Macron son projet de liberté complète, c’est-à-dire de supprimer toutes les protections des salariéEs.
C’est comme pour toute chose, dans la mobilisation, il y a des hauts et des bas. Après avoir réussi des grèves et des actions avec l’ensemble des salariéEs, nous voilà maintenant dans des débrayages minoritaires.
Dans un contexte de « concurrence » de réunions, 70 personnes, dont beaucoup de jeunes, se sont donné rendez-vous lors de la réunion publique organisée par le NPA de Poitiers-Vienne vendredi 10 mars.

Pages

S'abonner à Philippe Poutou