Philippe Poutou

Par Gérard Lucas, publié par le Dauphiné. Ils étaient une cinquantaine samedi soir à se retrouver autour du porte-paro

Le plan de fermeture de l’usine a donc été homologué par l’État le lundi 4 mars. Ford peut maintenant faire partir les salariéEs, entre préretraites pour les plus ancienEs et licenciements pour les autres. Mais on ne baisse pas les bras et la bataille continue. 
Samedi 2 mars, nous avons vécu une super soirée concert de solidarité dans une salle pleine, avec des artistes solidaires et pleinement partie prenante, avec aussi la participation active de l’équipe de la salle du Grand Parc.
La venue de Philippe Poutou et Béatrice Walylo, dans le cadre du cycle de nos réunions publiques mensuelles « Résister à l’air du temps »,  nous a amenés, via l’association PAC (Penser Agir Comprendre), à faire le pari qu’elle devait se tenir plus au large que d’habitude (soit da
La rencontre du lundi 18 février à Bercy avec le ministre de l’Économie, a débouché sur… un nouveau délai et une nouvelle réunion pour le lundi suivant. Donc on joue les prolongations, et cela donne l’impression que l’on ne va jamais en finir. 
Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu, publié par France bleu. Les représentants syndicaux de l'usine Ford de Blanquefort, menacée de ferm
Cela pourrait paraître dérisoire, mais cela constitue une manière de tenir. Nous organisons une soirée concert le samedi 2 mars dans la salle du Grand Parc à Bordeaux, présentée comme une soirée de solidarité avec la lutte contre la fermeture de l’usine.
Avec la non-homologation du PSE, l’aventure continue encore un peu. C’était une bonne nouvelle pour nous. C’était surtout le résultat de notre détermination à changer la donne. On pousse comme on peut pour perturber la stratégie de Ford, on bouscule pour cela l’État afin qu’il intervienne.
L’information est tombée tard dans la soirée de lundi 28 janvier : la Direccte refuse d’homologuer le PSE de Ford pour la raison que les obligations de la loi Florange n’ont pas été complètement respectées.
Y a-t-il à cette heure-ci encore du suspens ?

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Philippe Poutou