Parti de gauche (PG)

Derrière ce titre provocateur, il y a hélas un fond de vérité. Et ce n’est pas nous qui le disons, mais lui !

Lors du débat au Parlement européen qui a suivi le Brexit, Jean-Luc Mélenchon s’est autorisé une nouvelle sortie ouvrant la voie à une nouvelle polémique...
Alors que le 37e congrès du Parti communiste s’achevait ce dimanche 6 juin par l’adoption de la feuille de route pour 2017, Mélenchon tenait de son côté sur une place du 19e arrondissement parisien son propre rassemblement de la « France insoumise » qui lançait officiell
L’Humanité annonce 550 000 personnes, plus que l’année dernière. Dans tous les cas et malgré une pluie intense, il y avait beaucoup de monde cette année à la Courneuve.
Quelques jours après l'université d'été du NPA, c'était au tour du Parti de gauche de tenir son "Remue méninges" à Toulouse, du vendredi 28 au dimanche 30 août.
En lisant Le hareng de Bismarck (le poison allemand)
À quelques jours de son congrès qui se tiendra les 4 et 5 juillet à Villejuif, le PG n’est pas très en forme. 
Le cadeau d’Angela Merkel à François Hollande, un tonnelet de harengs Bismarck, serait, si l’on en croit Jean-Luc Mélenchon, le symbole de la soumission de la France à l’Allemagne. Une soumission dénoncée dans son dernier livre, le Hareng de Bismark, le poison allemand.
Alors que l’heure est à la construction de la mobilisation unitaire et la plus large possible contre ce gouvernement PS-Medef, certains sont déjà en lice... pour 2017, surfant sur la dynamique Syriza et Podemos, et rêvent d’une nouvelle union de la gauche.
Par Yann Cézard.  

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Parti de gauche (PG)