loi Macron

Pour le gouvernement, la période n’est pas vraiment au beau fixe. Il a beau essayer de convaincre partout que sa politique est bonne, rien n’y fait. Les mécontentements, les colères chaque jour sont de plus nombreux et plus fortes et semblent vouloir converger à partir du 5 décembre.

Depuis des mois, le code du travail est présenté comme responsable de tous les maux : chômage, délocalisations etc, il serait « obèse et illisible ». Valls a déclaré fin août qu’il fallait « revoir en profondeur la manière même de concevoir notre réglementation ».
À l’initiative du CLIC-P, une dizaine d’organisations – syndicales (CNT-SO, Commerçants de France), politiques (NPA, EÉLV, Front de gauche), de jeunesse (UEC) ou associatives (Femmes Egalité) – ont déjà signé une déclaration intitulé « Unis contre la généralisation du travail du dimanche et l
Après la provocation constituée par l’annonce de 12 Zones touristiques internationales (ZTI) parisiennes ouvertes chaque dimanche et jusqu’à minuit (voir l’Anticapitaliste n°301), le CLIC-P organisait une réunion unitaire le 2 septembre pou
Le 17 août, les projets d’arrêtés délimitant les Zones touristiques internationales (ZTI) parisiennes ainsi que la liste des grandes gares susceptibles d’ouvrir chaque dimanche en application de la loi Macron ont été adressés pour avis, respectivement au plus tard les 15 septembre et 15 octob
Voilà, c’est fini : après un parcours législatif, débuté en décembre 2014, plus chaotique que prévu par l’exécutif, la loi relative à la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques dite Macron a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale le 9 juillet dernier avec l’u
Voilà, c’est fini : après un parcours législatif, débuté en décembre 2014, plus chaotique que prévu par l’exécutif, la loi relative à la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques dite Macron a été définitivement adoptée par l’Assemblée Nationale le 9 juillet dernier avec l’u
Le 30 juin, le Sénat a repris l’examen en seconde lecture de la loi Macron, examen qui devrait donner lieu à un nouveau vote le 6 juillet.
À l’appel du CLIC-P, plus de 300 salariéEs du commerce ont manifesté le 3 juin dernier à Odéon alors que se tenait au Sénat la Commission mixte paritaire (CMP) consacrée à la loi Macron.
Manuel Valls peut fumer son cigare tranquille... Sans surprise, la motion de censure contre le gouvernement a été massivement rejetée : 198 députés l’ont votée, dont les députés du Front de gauche, alors qu’il en aurait fallu 289 pour faire chuter le gouvernement.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à loi Macron