licenciements

À son tour, l’usine Renault de Choisy est en grève reconductible depuis ce mardi 2 juin 2020 à l’appel de l’intersyndicale de l’usine (FO, CFDT, CGT, CFE-CGC). L’usine est à l'arrêt. Rien ne rentre. Rien ne sort !

CHATELLERAULT (AFP)- Les "Fabris", qui ont menacé début juillet de faire sauter leur usine, ont manifesté jeudi à Châtellerault avec d'autres salariés touchés par des restructurations industrielles, à la veille d'une assemblée générale décisive sur la suite de leur mouvement.

«J moins 5 avant Boum !» L’écriteau, griffonné sur un support d’emballage, est suspendu devant l’usine. A l’endroit même où, quelques jours plus tôt, trônaient encore les bouteilles de gaz que les ouvriers menaçaient de faire sauter.

Depuis le 16 juin, l'entreprise New Fabris est en liquidation judiciaire.
Le plan social des 104 licenciements d'Aubade à Saint-Savin (Vienne) vient d'être retoqué par le tribunal de grande instance. C'est donc un maigre sursis en trompe-l'œil accordé aux salariés, puisque la délocalisation en Tunisie reste d'actualité.

Face à la direction d'Alcatel-Lucent qui multiplie les licenciements boursiers, les salariés s'organisent avec le soutien des organisations politiques.
Après l'annonce, le 18 juin dernier, d'un plan d'économies avec des suppressions d'emplois, l'équipementier en télécoms Alcatel-Lucent a annoncé mercredi 8 juillet, un nouveau plan social d'un millier de suppressions d'emplois en France d'ici 2010.
Réunis en assemblée générale ce jeudi 23 juillet à 13h, les salariés de New Fabris ont décidé de continuer leur mouvement car ils considèrent que les 11 000 euros avancés par M. Estrosi la veille ne sont pas suffisants.
Les salariés de l'équipementier automobile New Fabris en liquidation judiciaire ont décidé jeudi d'organiser une grande manifestation le 30 juillet prochain à Châtellerault (Vienne), la veille de l'ultimatum au delà duquel ils menacent de faire sauter leur usine.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à licenciements