licenciements

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Non contents d’affaiblir les protections collectives, les gouvernements répondent toujours présents aux exigences du patronat visant à réduire au minimum les protections individuelles. 

Après de laborieuses tractations, le gouvernement a présenté son meccano politico-industriel censé assurer la pérennité du site de Belfort. Le seul objectif du gouvernement est de faire semblant d’être utile et efficace jusqu’aux prochaines échéances électorales...
Entretien avec Marie Lecomte par Jacques Chastaing (pour A l’Encontre). Jeacques Chastaing: Tu es la porte-parole des «Licenci’elles». Qu’est-ce que c’est les «Licenci’elles»? Peux-tu le dire en quelques mots?
Que faire et comment se battre maintenant que deux fonds de pension, Appolo et Monarch, actionnaires majoritaires, viennent d’empocher 63 millions d’euros en vendant Latécoère Services, de fermer l’usine LATelec de Louey en détruisant 70 emplois, et, dit-on, s’apprêteraient à vendre le terrai
Mauvaise nouvelle pour Hollande : le nombre de chômeurs en catégorie A (demandeurs d’emploi sans aucune activité et tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi) a augmenté en août de 1,4 %, soit plus de 50 000 chômeurs supplémentaires dans cette catégorie.
Mercredi 7 septembre à Belfort, ce fut un coup de tonnerre quand la direction d’Alstom a informé les salariéEs (sans passer par la réunion d’un comité d’entreprise) que le site de Belfort fermera ses portes, faute de commandes, en 2018...
Alors que Hollande s’était juré d’inverser la courbe du chômage en prétendant que le pacte de responsabilité, qui donne des milliards d’euros aux entreprises, devait résoudre le problème de l’emploi, il y aura plus de 6 millions de chômeurs à la fin de son quinquennat.
La direction d'Alstom a annoncé le 7 septembre l'arrêt de la production de trains sur le site emblématique1 de Belfort, concernant 40
Le groupe Alstom a annoncé sa volonté de liquider en deux ans l’usine historique d’où était sortie sa première locomotive à vapeur en 1880, et qui emploie encore 480 travailleurs et produit notamment les TGV.
Par Daniel Tanuro, publié par Le Vif.

Pages

S'abonner à licenciements