licenciements

Une grève des sous-traitants ralentit la production des Smart dans l’usine Mercedes d’Hambach en Lorraine. Les effectifs employés par Mercedes sont aux environs de 800 et ceux des sous traitants qui opèrent dans l'usine sont aux environs de 600.

Alors que, après les européennes, les plans de suppressions d’emplois repartent de plus belle, en particulier dans l’industrie, on n’oublie pas que, depuis septembre 2018, les salariéEs de l’enseigne d’habillement New Look se battent contre sa fermeture annoncée (voir
Notre résistance s’avérera peut-être n’être au final que de l’acharnement thérapeutique. On verra bien. En attendant, nous sommes un certain nombre à croire qu’il reste possible de sauver cette usine, les quelques centaines d’emplois directs et derrière quelques centaines d’autres induits.
La grande distribution n’en finit pas de dévorer ses salariéEs, à tel point que la CGT a comparé la situation à celle qui a touché la sidérurgie au siècle dernier. Ainsi, à Carrefour, c’est une rupture conventionnelle collective géante qui va être mise en œuvre.
Non l’histoire n’est pas finie. Sauver l’usine et le plus d’emplois, ça reste notre objectif et surtout ça reste encore possible. Sachant bien que si nous y arrivions, cela relèverait d’un exploit, à coup sûr.
Ça paraît dérisoire et anecdotique mais, la semaine dernière, à 6 mois de la fin, il y avait des élections professionnelles pour le futur CSE (remplaçant du CE).
La manifestation du 13 avril à Onet-le-Château, pour la défense d’emplois industriels, a été un succès à l’échelle de l’Aveyron. 
Que de contorsions nos dirigeants politiques, Le Maire en tête, Macron derrière, n’ont-ils pas réalisé ces dernières semaines pour prétendre défendre les ouvriers menacés par la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort !
C’est comme si on passait de la chronique d’une lutte à celle d’une mort lente. Tout est calme, au moins en apparence.
Fin 2013, les 60 salariéEs des Moulins Maurel, dans le 12e arrondissement de Marseille, avaient appris la fermeture de leur usine. Après une longue lutte, des mois d’occupation, deux expulsions musclées par la police (des « socialistes » Hollande-Valls !), le géant de l’agro

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à licenciements