intermittents

Le mot « otage » est certainement un de ceux qui est le plus utilisé dans la propagande gouvernementale par les temps qui courent. Les grévistes de la SNCF « prennent en otage » les usagerEs. Les enseignantEs en lutte contre Blanquer « prennent en otage » les élèves.

Dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 mars, aux termes d’une parodie de négociations, le Medef, la CFDT et FO concluaient un accord.
Entretien. Christophe Jaillet est comédien et marionnettiste. Il est membre du SFA-CGT (Syndicat français des artistes) et a participé à toutes les luttes des intermittentEs à Lyon depuis 1991.
Depuis 16h, ce jeudi 20 mars 2014, après la manifestation qu’ils ont faite de l’Odéon au siège du MEDEF cette après midi, des militants de la Coordination des intermittents, de Sud culture, de la CGT spectacle, de la CGT intérim, de la CGT chômeurs, occupent l’Opéra Garnier.
L’art c’est quoi ? Albert Camus l’aurait certainement défini ainsi : l'art, c’est le droit à l’espace à la fuite à l’illimité. C’est le droit à la question, le droit au doute libérateur, le droit d’en finir avec les certitudes.
À l’heure où les droits des salariéEs, précaires et chômeurEs sont attaqués, les intermittentEs du spectacle ne sont pas en reste.Les logiques à l’œuvre dans le système capitaliste et patriarcal n’épargnent pas les domaines des arts et de la culture.
Comme chaque année durant la période estivale des festivals, les acteurs du milieu culturel et artistique se mobilisent contre la casse de l’accès à la culture.
Suite à la venue au siège de la CFDT, en avril 2005, d'intermittents du spectacle qui reprochaient à cette confédération, un refus de dialoguer avec la coordination des intermittents et sa signature au bas d'un accord restreignant les droits des intermittents en situation de chôma

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à intermittents