infirmières

Le « Ségur » de la santé, qui s’est ouvert le 25 mai, est l’occasion de discuter de tout… sauf des revendications des personnels hospitaliers.

Même Jupiter peut se tromper. Il peut même lui arriver de le reconnaître. Lors d’une nouvelle visite surprise à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le 15 mai, Macron a admis avoir « sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée il y a deux ans » pour l’hôpital.
Pendant la crise du Covid-19, des établissements du privé, plutôt orientés vers la chirurgie, ont vu leur activité dégringoler. Les interventions non urgentes avaient été reportées.
Depuis le début de la crise du Covid-19, on entend de plus en plus parler des étudiants et étudiantes infirmières dans les hôpitaux, payées environ 1 euro de l’heure pour leur travail. Explication d’un scandale dans le scandale.
Lors d’une conférence de presse le 24 octobre, David Margueritte, vice-président de la région Normandie, a annoncé la réduction massive du nombre de places dans les IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers), ainsi que la fermeture d’un IFSI et de 10 IFAS (Instituts de formations d’aid
La fédération de l’hospitalisation privé (FHP), qui représente les cliniques et établissements privés de santé, conteste depuis le vote de la loi de financement de la sécurité sociale 2014 les tarifs de remboursement des actes de soins...
Depuis plusieurs mois, les infirmiers anesthésistes diplômés d’État (IADE) sont en lutte pour obtenir la reconnaissance de leur diplôme au niveau bac+5, une revalorisation salariale, le maintien de la catégorie active, l’exclusivité de l’exercice et la prise en compte de la pénibilité de leu
 
Depuis plusieurs mois, les infirmiers anesthésistes sont en lutte pour la reconnaissance de leur statut, de leur qualification, de la pénibilité de leur métier.
Malgré des mobilisations massives, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a toujours refusé de les recevoir.
Après la gare Montparnasse le 18 mai, les infirmierEs anesthésistes ont envahi, mardi 8 juin, la place de l’Étoile et l’Arc de triomphe, puis ont défilé jusqu’au ministère de la Santé où ils ont été reçus par les CRS (avec gaz irritants et  matraques).
Pour la 3e fois, les infirmiers-anesthésistes sont en grève et dans la rue, avec leurs organisations, pour exiger du gouverenement la reconnaissance de leur formation, ignorée actuellement par la politique du ministère de la Santé, la prise en compte de la pénibilité et une revalo

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à infirmières