Inde

Au terme d’une longue, violente et coûteuse campagne, Narendra Modi, leader de l’extrême droite hindouiste, vient de gagner une seconde fois, et très largement, les élections générales indiennes.

En Inde, deux évènements récents ont mis les projecteurs sur le rôle des nationalistes hindous dans des attentats de 2006 et 2007 et dans les émeutes communautaires de 2002.


Le 24 décembre 2010, le docteur Binayek Sen a été condamné à la prison à vie. Une façon pour les autorités de faire un exemple au moment où la répression contre les populations aborigènes et la guérilla maoïste ne cesse de s’amplifier.
 
Depuis cet article écrit le 19 mai 2010, des éléments nouveaux sont intervenus dans la lutte de la guérilla naxalite contre l’État Indien. Deux attentats très médiatisés ont faits des morts dans la population.
 
En Inde, une offensive militaire sans précédent a été lancée depuis octobre 2009. Au nom du combat contre la violence armée des naxalites – la guérilla maoïste – le gouvernement central indien entretient violence et terreur dans des territoires occupés par des populations aborigènes.
Guerre contre les Naxalites ou guerre contre les habitants des États du Centre-Est ?


Une offensive militaire de grande ampleur contre la guérilla maoïste est engagée dans les forêts de certains États du centre-est de l'Inde.

Deux partis communistes ont subi un revers aux élections législatives indiennes, emportées par le Parti du Congrès. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Inde