Inde

Le gouvernement nationaliste hindou du Bharatiya Janata Party (BJP) a procédé le 6 août à un véritable coup d’état constitutionnel en révoquant l’article 370 de la Constitution qui assurait l’autonomie de l’état du Jammu et Cachemire et en présentant un projet de loi qui envisage de couper en

Priyamvada N. Purushotham, Actes Sud, 2014, 21,80 euros.
Le 16 mai, les résultats des élections législatives indiennes ont été bien au-delà des prévisions. Avec 31 % des voix, le Bharatiya Janata Party, le Parti du peuple indien, a remporté 282 sièges, soit bien plus que la moitié des 543 membres du Parlement. C’est une victoire écrasante.
A quelques jours de la fin du scrutin, le résultat des élections indiennes reste une inconnue pour beaucoup de commentateurs indiens.
Le scrutin législatif en cours revêt une importance toute particulière pour l’Inde, le favori des sondages promouvant un nationalisme agressif d’extrême droite, racial et religieux.
À la mi-septembre, dans l’État de l’Haryana, un couple a été tué au nom de « l’honneur ».
De nombreux articles sont parus ces dernières années dans les médias dominants avec des titres plus accrocheurs les uns que les autres : « Récession, quelle récession ?
Le 28 février 2012, onze fédérations et quelque 5000 syndicats se sont unis pour appeler à une grève dans le secteur industriel, grève qui est finalement devenue générale.
Anna Hazare est devenu le symbole de la lutte contre la corruption en Inde. Il est présenté comme un « nouveau Gandhi » inspiré par les luttes non violentes, soutenu par les masses et vainqueur du gouvernement.
Les élections pour les Assemblées régionales viennent de se dérouler successivement dans cinq États de l’Inde : le Bengale, l’Assam, le Kerala, le Tamil Nadu et le territoire de Pondichéry. Démarrées le 4 avril, elles se sont achevées le 10 mai.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Inde