grève générale

La mobilisation massive de jeudi 5 décembre a été le premier acte de la bataille engagée pour le retrait de la contre-réforme des retraites Macron-Delevoye.
Au moment où ces lignes sont écrites, à quelques jours de la journée de grève interprofessionnelle du jeudi 5 décembre, le climat social se réchauffe dangereusement pour le pouvoir macroniste.
Dès jeudi 5 décembre, une assemblée générale « éducation » massive (plus de 200 présentEs) s’est tenue à la salle des fêtes de la mairie, suivie par une assemblée générale interprofessionnelle.
Après une première journée de mobilisation réussie, le plus difficile reste à faire : construire la mobilisation dans la durée tout en réussissant à l’élargir au-delà des secteurs mobilisés ce 5 décembre. Cet enjeu est bien perçu par le gouvernement, qui continue d’affirmer qu’il fera la réfo
Pour imposer un coup d’arrêt à l’offensive antisociale que nous subissons depuis trop longtemps et pour changer de société, la solution n’est pas le bulletin de vote.
Avertissement : Cette contribution au débat est limitée à quelques aspects.
Comme dans tout mouvement social qui s’inscrit dans la durée et couvre un champ revendicatif large, la question de la généralisation de la grève a été largement débattue tout au long de la mobilisation contre la loi travail...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à grève générale