grève générale

Pour imposer un coup d’arrêt à l’offensive antisociale que nous subissons depuis trop longtemps et pour changer de société, la solution n’est pas le bulletin de vote.
Avertissement : Cette contribution au débat est limitée à quelques aspects.
Comme dans tout mouvement social qui s’inscrit dans la durée et couvre un champ revendicatif large, la question de la généralisation de la grève a été largement débattue tout au long de la mobilisation contre la loi travail...
Publié par Contretemps.eu . Le mouvement contre la loi travail et son monde a indéniablement remis au centre des discussions la 
Au 12e jour de grève générale illimitée pour « l’égalité réelle et la justice » démarrée au lendemain des deux journées de grève contre la loi travail des 30 et 31 mars, pas un seul média n’en parle en France métropolitaine, pas une ligne, pas une seconde.
Jeudi 12 novembre, avec une mobilisation appelée par GSEE (confédération du privé) et ADEDY (fédération du Public) ainsi que par PAME (courant syndical du KKE) et les syndicats de base (expression du courant radical), la journée de grève nationale a été un succès.
Le jeudi 27 juin, le Portugal a vécu une journée sans aucun transport ferroviaire, sans transports collectifs dans les villes, avec des écoles et des centres de santé fermés et des hôpitaux fonctionnant avec le service minimum indispensable...
Une grève générale vient d’être appelée pour le 27 juin 2013 par deux centrales syndicales du Portugal, CGTP et UGT, avec le soutien de syndicats indépendants, de mouvements sociaux et de partis de gauche.
Depuis quelques mois, le gouvernement de la « troïka intérieure » (Nouvelle Démocratie, le parti de la droite, Pasok et Gauche démocratique, une scission du Synaspismos) tentait de trouver dans quelles poches taper pour trouver les 11,6 milliards d’euros, « caution » qui lui permettrait d’obtenir

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à grève générale