Grèce

Dans quelques jours (20 août), après plus de 8 années de gestion européenne directe du pays, on fêtera la fin officielle de la troïka.

Voilà deux ans que le gouvernement est aux mains de Syriza, et le grand changement politique que promettait le réformisme n’a pas eu lieu !
Deux ans après la victoire politique de Syriza aux élections du 25 janvier 2015 et seulement 15 mois après la victoire électorale d’Alexis Tsipras contre l’aile gauche du parti Syriza aux élections du 20 septembre 2015, le gouvernement Tsipras s’enfonce dans une crise profonde...
Le débat politique de la fin d’année aura été instructif : estimant que la politique suivie par le gouvernement Syriza-ANEL débouchait sur un excédent de 900 millions d’euros, Tsipras a donc décidé de verser une prime aux 1,6 million de personnes touchant une retraite basse (sur 11 millions d
On l'avait constaté l'an passé : d'une île à l'autre, les conditions d'accueil des réfugiés dépendaient en partie de l'attitude des autorités locales, et les déclarations incendiaires d'un maire pouvaient entrainer des réactions hostiles d'une part
Tsipras vient de publier dans Ef. Syn, le « journal des rédacteurs » (journal soutenant Syriza de manière pas toujours critique...), un texte dont les accents rappellent de plus en plus… Hollande !  
En ce début d’automne, la situation continue d’empirer en Grèce, et on peut s’interroger sur des chiffres récents indiquant par exemple que la mortalité infantile est passée de 3,75 pour 1 000 en 2014 à 3,96 en 2015, ou que le nombre de morts et de départs à l’étranger dépasse celui des naiss
Entretien. Nous avons rencontré Bruno Percebois, un des auteurs de ce livre consacré à un des aspects essentiels de la résistance en Grèce : la lutte pour le droit à la santé.
L’affaiblissement du droit du travail est aussi passé ici, de 2010 à 2013, par l’inversion de la hiérarchie des conventions, la suppression de leur automaticité d’application et la libération quantitative des licenciements...
C’est « la fin de la crise grecque », « le retour de la confiance » ! « Ce soir, nous envoyons aux dirigeants européens le message que la Grèce remplit ses obligations »…  Tels sont les mots du premier ministre, Alexis Tsipras, après le vote au parlement, les 8 puis 22 mai 2016,

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Grèce