GPII

Jeudi 7 novembre, le gouvernement annonçait l’abandon du projet Europacity. Une victoire pour touTEs les opposantEs à ce désastre social et écologique annoncé, mais la vigilance reste de mise.

Il est désormais établi que le gouvernement a menti délibérément. Pendant 48h il a cherché à dissimuler la vérité alors qu'il savait que les gendarmes avaient tué Rémi.
Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens lors de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d'opposants au barrage. Il a été tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie
La mort de Rémi Fraisse est un indice supplémentaire de la nature du pouvoir Hollande-Valls. Un pouvoir de moins en moins policé, de plus en plus policier ?
Après l’assassinat de Rémi dans la nuit du samedi 25 octobre et les premières manifestations de colère dimanche et lundi, le Tarn a vécu une semaine dense de mobilisations et de répression toujours plus vives de la part des « forces du désordre »...
Depuis 2 mois le gouvernement passe en force. Il a tenté de mettre devant le fait accompli les opposants au barrage en accélérant les procédures, en déboisant l’espace prévu à la retenue d’eau.
Le NPA condamne avec la plus grande fermeté les propos calomnieux et intolérables tenus par Mr Carcenac lors de sa conférence de presse du lundi 27 octobre.
Le décès de Rémi Fraisse, ce week-end à Sivens dans le Tarn, n’est pas un accident. C’est le résultat de deux mois de violences policières croissantes envers les opposantEs à un barrage que les experts de Ségolène Royal viennent de disqualifier sur de nombreux points du dossier.
Rémy, 21 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Sivens.
Dans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens, en marge de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d'opposants au barrage.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à GPII