GPII

Jeudi 7 novembre, le gouvernement annonçait l’abandon du projet Europacity. Une victoire pour touTEs les opposantEs à ce désastre social et écologique annoncé, mais la vigilance reste de mise.

La campagne de soutien à notre camarade et aux autres, condamnés pour avoir comme lui manifesté, contre les violences policières, est passée ce vendredi 17 avril par une nouvelle étape.
Il plane dans ce pays une atmosphère bien étrange.
Depuis la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens cet automne, la répression ne cesse de s’intensifier à Toulouse (cf. l’Anticapitaliste n°284).
Nous défendrons notre droit à la révolteNi Gaëtan, ni aucun-e autre condamné-e pour avoir manifesté ne doit aller en prison !
Depuis le mois de novembre et les manifestations qui ont suivi la mort de Rémi Fraisse, les atteintes aux libertés démocratiques et à la liberté d’expression se multiplient à Toulouse.
On veut faire taire les mouvements sociaux, mais on ne se laissera pas faire !
Entretien. Comme le veut la tradition zadiste (toutes et tous prennent un même pseudo, Camille...), Camille est un des animateurs du collectif Les Bouilles, particulièrement impliqué dans la lutte contre le barrage de Sivens au Testet.
Les travaux du barrage de Sivens étant arrêtés depuis un peu plus de 4 mois suite à la mort de Rémi Fraisse, le conseil général du Tarn devait décider lors de sa session du vendredi 6 mars des suites à donner à ce projet...
Concernant le barrage de Sivens, le Conseil Général du Tarn vient donc de choisir la plus mauvaise solution sur les deux qui étaient envisagées, à savoir celle qui se rapproche le plus de la proposition initiale.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à GPII