gauche

Les élections européennes ont été lues, à juste titre, comme une défaite pour les forces politiques issues de la gauche.

L’appel « big bang » se veut une réponse à la crise de La France insoumise et plus globalement de la gauche, face à la menace de l’extrême droite, à la répression, pour reconstruire un projet émancipateur. On ne peut qu’être d’accord.
Depuis les européennes et les mauvais résultats des listes de gauche, entre autres et notamment le faible score de la FI, les débats sont vifs et les initiatives (appels, réunions) se multiplient.
« Je prends du recul […]. J’aiderai au rassemblement de la gauche sans exclusive mais j’ai besoin de me poser et réfléchir. » Au lendemain des élections européennes, Benoît Hamon a annoncé ainsi son retrait (temporaire ?) de la vie politique. 
Depuis bientôt 10 semaines, le mouvement des Gilets jaunes a fait irruption sur la scène politique et sociale. Cette mobilisation inédite interroge le champ politique, en particulier la gauche.
Retour sur l’année 2018, qui a confirmé la décomposition, voire la disparition du Parti socialiste, mais aussi l’impossibilité à la gauche du PS d’occuper l’espace vacant. Et ce ne sont pas les élections européennes qui vont améliorer la situation.
Le 4 septembre, Sahra Wagenknecht, co-présidente du groupe parlementaire de Die Linke au Bundestag (la chambre des députéEs), a présenté à la presse le nouveau mouvement « Aufstehen » (« Debout »), qu’elle a initié avec son mari Oskar Lafontaine. 
Retour sur l'année 2017. Depuis la victoire de Macron, la gauche institutionnelle lèche ses nombreuses plaies.
L’idylle entre le leader de La France insoumise et celui de Génération.s semble de nouveau être à l’ordre du jour ces dernières semaines. Idylle tactique ou stratégique ? 
Il y a trois mois, Benoît Hamon lançait le « Mouvement du 1er juillet », signant définitivement sa rupture avec le Parti socialiste, dont il avait pourtant été le candidat lors de la présidentielle.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à gauche