Fonction Publique

Depuis des années, nous entendons le même refrain… sur l’air bien connu de la « modernisation » et pour prétendument rendre la fonction publique « plus attractive et plus réactive », il faut supprimer des postes de fonctionnaires.

Les gouvernements successifs de droite comme de gauche n’ont eu de cesse de détruire les services publics.
Aux agentEs de la fonction publique demandant des moyens de protection pour leur santé, le gouvernement répond par des menaces de sanctions !
Si les fonctionnaires et agentEs publics n’ont pas, à cette étape réussit à lancer un mouvement de grève reconductible (sauf à la Culture et à l’Éducation nationale), ils se sont fortement mobilisés et continuent à l’être.
Entretien avec Gaëlle Martinez, déléguée générale de Solidaires Fonction publique. Elle revient avec nous sur la mobilisation de la fonction publique contre la « réforme » de la retraite à points.
L’assemblée a adopté en première lecture le 28 mai dernier le projet de loi sur la fonction publique. Six jours pour discuter du sort de 5,5 millions de fonctionnaires et de l’avenir de toute la fonction publique.
Le projet de loi de « transformation de la fonction publique » est examiné à l’Assemblée nationale depuis le lundi 13 mai, après une journée nationale de grève et de manifestations à l’appel des 9 organisations syndicales de la fonction publique.
La séquence 27 avril-1er Mai-9 mai est un test, tant pour le gouvernement que pour le mouvement social et les mobilisations en cours.
Dans la série « droit dans mes bottes », « je fais ce que j’ai dit », c’est Édouard Philippe qui s’y colle.
Parmi les victimes de l’austérité et des économies budgétaires, la fonction publique est en première ligne. Le 16 septembre, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer annonçait 1 800 suppressions de postes dans l’éducation.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Fonction Publique