Fonction Publique

L’assemblée a adopté en première lecture le 28 mai dernier le projet de loi sur la fonction publique. Six jours pour discuter du sort de 5,5 millions de fonctionnaires et de l’avenir de toute la fonction publique.

Le projet de loi de « transformation de la fonction publique » est examiné à l’Assemblée nationale depuis le lundi 13 mai, après une journée nationale de grève et de manifestations à l’appel des 9 organisations syndicales de la fonction publique.
La séquence 27 avril-1er Mai-9 mai est un test, tant pour le gouvernement que pour le mouvement social et les mobilisations en cours.
Dans la série « droit dans mes bottes », « je fais ce que j’ai dit », c’est Édouard Philippe qui s’y colle.
Parmi les victimes de l’austérité et des économies budgétaires, la fonction publique est en première ligne. Le 16 septembre, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer annonçait 1 800 suppressions de postes dans l’éducation.
Le gouvernement de Macron, dans la continuité de ses prédécesseurs, affiche la volonté de « libérer », « moderniser » … la fonction publique qui serait « paralysée », et surtout trop « coûteuse » pour le budget de l’Etat.
Le gouvernement a tout fait pour garder secret, le plus longtemps possible, le fameux rapport CAP 22. C’est le syndicat Solidaires Finances publiques qui l’a rendu public le 20 juillet.
Décidément, ce gouvernement reste droit dans ses bottes pour dynamiter l’ensemble des acquis sociaux.
Après son élection en Mai 2017, Macron proclamait sa grande ambition : « je veux que la France devienne une nation start-up », autrement dit un « Etat- entreprise » dirigé par des patrons et des actionnaires
Le 22 mars prochain, sept organisations syndicales de la fonction publique appellent à une journée de grève et de manifestations.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Fonction Publique