expulsions locatives

De Saskia Sassen, Gallimard « NRF essais », 2016, 25 euros. 

Ce dimanche 13 septembre, une trentaine de réfugiés syriens fuyant la guerre, dont une dizaine d’enfants, ont été violemment évacués du square Marmottan par la police.
Cet été, de nombreuses expulsions de logement ont eu lieu, et tout particulièrement en Seine Saint-Denis. Camps de Roms, immeubles insalubres et squattés, familles jetées à la rue pour impayés...
La presse, une partie du monde politique et l'extrême droite ont développé ce dernier mois « l'affaire Maryvonne », cette octogénaire dont la maison était habitée par des précaires à Rennes, rue de Châtillon.
Ce dimanche 15 décembre, les expulsés du 50 et du 103 Gabriel Péri, se sont installés, avec leurs soutiens, dans la Basilique de Saint-Denis pour obtenir un hébergement.
À Lyon, sous l’autopont de Perrache, environ 300 demandeurs d’asile dont une centaine d’enfants, ont installé des tentes depuis leur expulsion de la place Carnot en juillet dernier.
À Grenoble, l’État a remis à la rue, « faute de crédits », une grande partie des migrantEs qu’il avait hébergés cet hiver.
Le NPA appelle à participer nombreux et nombreuses à la manifestation du 1er décembre contre l'injustice sociale et fiscale, contre la hausse de la TVA et pour la taxation du capital dans la continuité de sa participation aux mobilisations de Quimper et d'ailleurs contre les licenciements, dans l
Ce mercredi matin, vers 8 heures, la police est intervenue pour évacuer le camp de Rroms de Saint-Ouen, mettant à la rue près de 800 personnes dont 400 enfants, sans aucune solution de relogement, même provisoire à l'entrée de l'hiver.
À la suite des violentes expulsions de Roms qui ont eu lieu tout l’été, notamment en Seine-Saint-Denis, environ 800 Roms, dont de nombreux enfants, se sont repliéEs sur la zone industrielle des Docks de Saint-Ouen...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à expulsions locatives