état d’urgence

De 1986 à 2014, en adoptant 14 lois sécuritaires le Parlement a renforcé encore le caractère autoritaire de la constitution.

Communiqué d’A Manca. Nous dénonçons avec la plus grande fermeté, la gestion par le préfet de région des graves événements survenus ces dernières 48H.
Les appels à combattre l’état d’urgence se multiplient, que se soit à travers des pétitions, des réunions, ou des projets de manifestations. Loin de se laisser intimider, le mouvement social reprend la rue.
Le gouvernement Valls Hollande vient d’adopter en conseil des ministres un projet de loi dit de « protection de la nation française » qui vise à constitutionnaliser l’état d’urgence mis en pratique depuis les attentats du 13 novembre. 
Le 14 novembre dernier, la paisible sous-préfecture de Pontivy dans le Morbihan a été le théâtre d’une manifestation ultra-violente organisée par les fascistes nationalistes bretons d’Adsav.
Alternative libertaire, le NPA et la Coordination des groupes anarchistes (CGA) ont organisé une réunion publique intitulée « faire face : pour le climat et contre l’état d’urgence ». Plus de trente personnes ont répondu présent dont une grande majorité de jeunes.
Moins d’un mois après sa mise en place, l’état d’urgence décrété par le gouvernement avec la quasi-unanimité du Parlement est remis en cause par la rue et le mouvement social.
Dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 décembre, Babacar Gueye, Sénégalais de 27 ans, est mort, abattu par le police de 5 balles dans le corps à Maurepas à Rennes. Le NPA s’associe à la douleur de ses proches et dénonce la violence policière.
La répression de manifestations est un indice d’une évolution plus globale. En fait, on assiste à deux phénomènes de fond : un nouveau renforcement de l’État et un degré supplémentaire dans la transformation du Parti socialiste.
A l’approche de la fin de la COP21, il est de plus en plus clair que ce n’est pas cette conférence, largement sponsorisée par les multinationales, qui va prendre les mesures indispensables pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à état d’urgence