Emmanuel Macron

Dans une tribune publiée en 28 langues et dans divers quotidiens européens (The Guardian, Die Welt, El Pais, Corriere della Serra…), Emmanuel Macron s’est posé en sauveur d’une Union européenne en crise, espérant donner le coup d’envoi symbolique d’une campagne qui s’annonce déjà,

Le bilan du week-end dernier témoigne d’un reflux à l’échelle nationale du mouvement des Gilets jaunes. Mais cela n’efface pas la profondeur de la colère, l’ancrage de la contestation et la nécessité de militer pour construire la mobilisation contre le gouvernement.
Le bilan du week-end témoigne, à l’échelle nationale, d’un reflux du mouvement des Gilets jaunes. Mais cela n’efface pas la profondeur de la colère, l’ancrage de la contestation et la nécessité d’intervenir, de militer pour construire la mobilisation contre le gouvernement. 
Pendant qu’en bas, le lundi 10 décembre, des milliers de Gilets jaunes tenaient leurs ronds-points, dans la pluie et le vent, des milliers de lycéenEs tenaient leurs blocages et assemblées, malgré une traque policière forcenée, des discussions vives se poursuivaient dans les entreprises et le
« Bon, bah les gens sont en colère ! C’est bien ! » Quelques minutes après la fin du discours d’Emmanuel Macron, hier soir, les réactions des gilets jaunes rassemblés dans ce bar de Caen vont de la dérision à l’exaspération.
À peine 13 minutes, Marseillaise comprise, pour donner des preuves d’« amour » à celles et ceux qui se mobilisent ou soutiennent les revendications sociales des Gilets jaunes : tel était le défi de Macron lundi soir… Mais à l’exception de certains commentateurs politiques, et de responsables
Publié par Mediapart. Apparu pour refuser une augmen

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Emmanuel Macron