Emmanuel Macron

Comme d’habitude, c'est à la mi-juillet que le gouvernement fait ses mauvais coups...

Plusieurs organisations associatives, de défense des droits humains, politiques, syndicales (Amis de Karl Marx, Comité de défense des droits de l’homme Pays basque, CGT Territoriaux Biarritz, Euskal Herria Bai, EÉLV, La France insoumise, Indar-Beltza, Syndicat LAB, LDH, NPA, PCF, Solidaires, CGT
Ils s’en gargarisent, les macroniens : avec eux, c’est l’irruption de la « société civile » au parlement.  Une grande cure de jouvence de la politique…
Le 3 juillet à Versailles, Macron 1er a délivré son message au bas peuple, la veille de l’allocution du Premier ministre à l’Assemblée. Une opération d’enfumage, avec répartition des rôles entre les deux têtes de l’exécutif.
« Je veux que la France soit une start-up nation. Une nation qui pense et évolue comme une start-up », a déclaré Macron le 15 juin dernier lors du Salon mondial Viva Technology 2017.
 « Aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté » en 2018 : ainsi se termine la comédie Macron-Villiers. L’armée échappe à l’austérité générale.
Après un débat express conclu le 13 juillet, l’Assemblée nationale a autorisé le gouvernement à réformer le Code du travail par ordonnances. Mais c’est dans les coulisses que se joue le contenu précis de ces dernières.
L’odieuse invitation lancée à Netanyahou lors des commémorations de la rafle du Vél’ d’Hiv’ n’aura pas suffi.
Pas de trêve estivale pour Macron et son gouvernement socialement minoritaire mais plus que jamais décidé à mettre en œuvre les quatre volontés du patronat.
Macron a décidé de faire de Trump la vedette de ce 14 Juillet en prenant prétexte du centenaire de l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne en 1917.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Emmanuel Macron