Emmanuel Macron

Sortie le jeudi 24 mai 2018
 
 
La Une
"Marée populaire et vague de grèves contre Macron : le 26 mai dans la rue et après on continue"
 
La France a gagné un triste prix : d’après le rapport d’Oxfam, elle est le pays où les actionnaires touchent le plus de dividendes. 67,4% des bénéfices vont aux actionnaires, 27,3% aux investissements… et 5,3% en prime aux salariés.
Nous y sommes : autour des manifestations des 22 et 26 mai, il faudra gagner ou reculer une nouvelle fois. Gagner par un mouvement qui ressemblerait le plus possible à une grève générale contre Macron.
Les mobilisations sociales se multiplient, avec des journées de grèves décisives contre la politique du gouvernement. Le 14 mai avec la « journée sans cheminotEs », le 15 avec la « marée blanche » des hospitalierEs, le 16 dans l’enseignement supérieur.
Un mois de luttes et de grèves n’ont pas suffi à faire plier Macron. Il s’agit désormais de faire franchir un cap à la mobilisation. 
Le macronisme, c’est la réunification des « élites » économiques et politiques contre celles et ceux qui ne sont bon qu’à « foutre le bordel ». Mais cet édifice a des fragilités, d’où les déclarations d’amour aux cathos, chasseurs et autres défenseurs du pinard.
Communiqué du NPA. Les manifestations du 1er Mai ont regroupé 200 000 personnes, ce qui représente une mobilisation importante, avec des cortèges denses.
Depuis trois semaines maintenant, les cheminotEs sont en grève.
Macron s’est félicité de son amitié avec Donald Trump. Le véritable cadeau offert par le président français à son homologue étatsunien n’est pas la bouture de chêne mais la centaine de missiles envoyés par la France sur la Syrie la semaine dernière.
Macron avait sans doute besoin de prendre de la hauteur, du moins à ses propres yeux...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Emmanuel Macron