Elections européennes

Si Emmanuel Macron a échoué dans son pari de voir la liste LREM se classer en tête des élections européennes, il serait hâtif d’en conclure que les résultats globaux du scrutin sont une défaite en rase campagne pour le pouvoir en place.

Zéro pointé en histoire-géographie, recalé ! C’est la première réaction qu’impose le matériel de campagne du FN pour les élections européennes...
Par Claude Gabriel
Entretien.
Nul besoin d’être prophète pour prévoir que le résultat des élections européennes sera l’expression d’un double rejet : d’abord celui du gouvernement PS-Medef et de sa politique, ensuite celui des partis institutionnels, d’une démocratie truquée.
À l’issue des élections européennes qui se tiendront le 25 mai prochain (le 22 mai sur les îles britanniques), il est fort probable que l’extrême droite sortira avec un poids renforcé au Parlement européen.
Mardi 6 mai, une quarantaine de militantEs du NPA et de sans-papiers, dont la tête de liste en Île-de-France Olivier Besancenot, ont manifesté sur le balcon du bureau d’information du Parlement européen.
La campagne pour les élections européennes du 25 mai n’est pas prête de réconcilier les classes populaires avec les professionnels de la politique qui rivalisent de démagogie afin de séduire l’électeur.
 
La campagne pour les élections européennes est lancée, donnant lieu à un concours de démagogie entre le PS et l’UMP affolés devant l’abstention, le rejet de leur politique. Un concours que le FN est en train de gagner haut la main.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Elections européennes