Daesh

Comme nous aimerions pouvoir simplement nous réjouir de voir la « capitale de l’État Islamique » libérée de l’emprise d’une oppression fanatique que ses habitantEs et ceux de sa région ont dû subir pendant trois

Par Jean-Pierre Filiu
Par Pierre Rousset et François Sabado, publié par europe-solidarire.org. Solidarité avec les victimes !
Par Mauro Gasparini, publié par LCR-La Gauche. La LCR-SAP partage l’effroi e
On rencontre parmi nous des réticences à dénoncer clairement le terrorisme des fondamentalistes islamistes au même titre que le terrorisme impérialiste et libéral.  Il y aurait un ennemi principal et un ennemi secondaire.
Les 22 pays membres de la Coalition internationale contre Daech (l’État islamique) se sont réunis, pour la deuxième fois, le 2 juin à Paris.
La ville de Palmyre, Tadmor en arabe, capitale de district qui héberge une très célèbre cité antique, vient d’être conquise par les djihadistes de l’État islamique. Politiquement, cela pourrait arranger la dictature de Bachar el-Assad.
L’État Islamique en Irak et au Levant (Daech) n’est pas une simple bande de tueurs sanguinaires sans objectif et sans stratégie. Il s’agit d’une entité politique et militaire qui s’appuie sur un système économico-social bien huilé (grâce, notamment, à l’argent du pétrole).
La percée soudaine de l’« Etat Islamique » (EI) en Irak et en Syrie, la barbarie invraisemblable de cette armée intégriste ont plongé le monde dans la stupéfaction.
Les conquêtes militaires et les actes barbares de Daech (l’« Etat islamique »), la campagne de bombardements aériens entreprise par les Etats-Unis, la résistance héroïque – et à ce jour victorieuse – des forces kurdes liées au PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), d’abord près des monts

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Daesh