coronavirus

Au début de la deuxième vague, avant même l'arrivée de la grippe et des viroses automnales, le système des tests PCR de dépistage du Covid-19 s'est effondré.

Le gouvernement a la mémoire courte mais les idées longues. Comme dans la santé ou le commerce, les personnels de l’éducation, héros d’un jour, ont retrouvé leur statut de sacrifiés.
La rentrée a apporté son lot de nouvelles fermetures et licenciements dans les entreprises du commerce après celles annoncées suite au déconfinement, là où Philippe Martinez a relevé à juste titre que « les trois quarts des restructurations n’ont pas de rapport avec le Covid-19 ».
Il est difficile, en trois coups de crayon, de décrire la situation de l’Italie dans cette période de transition vers l’après-Covid, surtout parce que le virus – comme dans le reste de la planète – est toujours là. Et ça reste le problème principal, lourd de conséquences.
En Belgique, à partir des premières phases de déconfinement, le gouvernement et le Conseil national de sécurité ont introduit le concept de la « bulle familiale ». Celle-ci s’est soit rétrécie, soit élargie au fil des rebonds ou reculs de la pandémie.
Comme cela était malheureusement prévisible et prévu par certains, pendant l’été la circulation du virus s’est intensifiée.
Le récit du développement de ce foyer épidémique montre comment s’est propagé le virus sans qu’aucune mesure ne soit prise par l’administration ou les autorités sanitaires.
Les étudiants dont plus de la moitié travaillent pour payer leurs études ont déjà payé le prix lourd de la crise avant l’été. Des milliers d’entre nous avons perdu nos emplois du jour au lendemain, sans indemnités du fait de la précarité de nos contrats.
Après le temps de la lutte contre le Covid, sans moyens et sans protection, après les annonces du « Ségur » de la santé, de quoi les mois qui viennent seront-ils faits ? C’est la question qui partout se pose en cette « rentrée ».
À la SNCF, la semaine du 1e septembre s’est déroulée sur fond de rentrée des classes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à coronavirus