50 ans de Mai 68

1968 fut une bifurcation du système issu de la révolution yougoslave.

Malgré leur faiblesse globale et leurs divisions, les courants révolutionnaires avaient réussi à jouer un rôle non négligeable à certains moments cruciaux : dans la grève de Renault en 1947 et dans la solidarité avec la lutte du peuple algérien.
Dominique Pierre, 18 ans, lycéenne à Rouen.
Léon Crémieux, 16 ans, lycéen à Marseille.
Josette Trat, 20 ans, étudiante à Paris, membre de la JCR.
« Mai 68 fut une convergence, c’est comme si des milliers de petites rigoles avait abouti au même point, formant un lac d’impatience qui ne pouvait que déborder » écrit l’écrivain, militant en 68 et non repenti, Jean-Christophe Bailly.
En mai 1968, à Renault Billancourt comme ailleurs, l’espoir massivement partagé était que la grève générale serve à quelque chose, que cela change vraiment. Les revendications étaient élaborées dans les ateliers et services. Mais où étaient elles-discutées ?
Renault Billancourt est, en 1968, une usine de 38000 travailleurEs où sont représentées 56 nationalités parmi lesquelles prédominent Algériens, Marocains et Portugais. La CGT est majoritaire dans l’usine, et le PCF l’organisation politique la plus importante.
Extrait de Ernest Mandel, « Leçons de Mai 68 », les Temps modernes, juillet 1968. 
En permettant la jonction du mouvement étudiant et du mouvement ouvrier, la manifestation du 13 mai donna à ce dernier une nouvelle confiance en ses forces, ce qui aboutit à la plus grande grève générale que la France ait jamais connue.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à 50 ans de Mai 68