SNCF

À peine le déconfinement annoncé, la RATP et la SNCF ont repris le sale boulot entamé avant la pandémie : s'acharner contre les syndicalistes, meneurs de la grève historique de l'hiver dernier, et qui se battent depuis des années contre les plans machiavéliques de leurs directions, empressées de

Basile, cheminot à Paris-Est, raconte les conditions d’exercice à la SNCF en réponse aux annonces du gouvernement sur la reprise du travail et du trafic. Les mesures de protection sont loin d’être suffisantes.
Le samedi 18 avril se tenait une réunion en ligne de cheminot.e.s du NPA de différents services et différentes régions. Cette deuxième rencontre à distance a permis d’échanger sur les attaques patronales en cours et à venir et sur les moyens de s’y opposer.
Dans une note de communication interne appelée « Temps réel », envoyée le 1er avril, qui sonne comme une mauvaise blague, la SNCF annonce que cinq jours de repos devront être pris par touTEs les cheminotEs pendant le confinement au nom de « l’effort de solidarité demandé par le gou
Comme le reste du pays, la SNCF est bousculée par l’invisible virus. Ordres et contrordres en haut lieu. Des drames aussi, comme cet accident qui vient d’avoir lieu aujourd’hui, 18 mars, où un TER près de Strasbourg a percuté trois cheminots qui travaillaient le long des voies.
Le fonctionnement de la SNCF se ralentit petit à petit, au fur et à mesures de la prise en compte, lente, de la réalité de la crise sanitaire.
Alors que cela fait plusieurs semaines que le Coronavirus occupe tous les esprits, il semble que la SNCF, trop occupée à mettre en place les réorganisations liées à l’éclatement de l’entreprise en 5 Sociétés Anonymes depuis le 1er janvier, soit passé à côté. 
Une centaine de cheminotEs se sont rassembléEs à Montparnasse pour défendre Julien, collègue contrôleur. Il est convoqué à un entretien disciplinaire pour une sanction supérieure à une journée de mise à pied. Nous réclamons l’abandon des poursuites et qu’il n’y ait aucune sanction.
Au 56ème jour de grève, Arnaud, secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris Montparnasse, a reçu une convocation prétendant lui infliger une sanction du niveau minimum de la mise à pied sans exclure la révocation.
Ahmed, François, Alexandre, Yassine, Patrick et bien d’autres à la RATP, Fayssal et Arnaud à la SNCF, les sanctions pleuvent contre les grévistes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à SNCF