SNCF

Guillaume Pépy, président de la SNCF, a fait une annonce qui se voulait fracassante dans les colonnes du journal les Échos le 3 octobre : modification du statut cheminot, suppressions massives de postes, remise en cause des accords locaux, bref chambardement général à la SNCF. 

En cette rentrée, alors qu’une nouvelle batterie d’attaques est à l’agenda du gouvernement Macron, il nous a semblé utile de revenir sur les mobilisations du printemps dernier, afin de tirer certains bilans politiques utiles – espérons-le – pour les discussions dans la gauche radicale et révo
Après plus de trois mois de « bataille du rail », la direction de la SNCF passe à l’offensive sur la répression des grévistes.
Les cheminotEs vont avoir une rentrée difficile. Après le mouvement de grève le plus long de l’histoire de la profession, ils vont devoir faire face à la répression, organisée par la direction, contre les grévistes.
C’est le troisième mouvement de grève important à la SNCF en l’espace de six ans. Il témoigne, une fois de plus, que les cheminots restent un secteur particulièrement combatif de la classe ouvrière en France.
Jeff, cheminot, est poursuivi pour avoir allumé une torche sur le quai de la gare de Nîmes le 14 Mai dernier lors de la journée sans cheminots. Il était convoqué ce mercredi 18 juillet, à Lyon, pour un conseil de discipline.
Quelques jours après la signature de la réforme ferroviaire, la direction de la SNCF a annoncé la vente de 66% de la gare du Nord au groupe Auchan. 
À la SNCF, la détermination à lutter est bien là, toujours là même si les dernières journées de grève appelées les 6 et 7 juillet ont été plus faiblement suivies que les précédentes, en partie à cause des congés d'été. 
Après trois mois de lutte et malgré l’érosion des taux de grève dans les dernières semaines, en particulier en région parisienne, l’intersyndicale cheminote CGT-CFDT-UNSA peut se féliciter d’avoir mené jusqu’à sa dernière séquence des 27 et 28 juin sa grève « dure et longue », sur
À la veille du vote du texte à l’Assemblée, l’intersyndicale appelait à un temps fort mardi 12 juin. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les grévistes de Lyon se sont saisis de cet appel.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à SNCF