Jeunesse

La jeunesse souffre de la dégradation des conditions de travail et de subsistance. Par l’affaissement du droit du travail – la moitié d’entre eux ont un emploi en parallèle de leurs études – par la casse du système de santé, des retraites et par l’ensemble des réformes néolibérales.

La réforme présentée par le gouvernement au début du mois, et qui sera discutée en conseil des ministres le 22 novembre, a d’ores et déjà beaucoup fait parler d’elle : entre les « fiches avenir » qui vont permettre aux lycées de donner leur avis sur les souhaits des élèves pour leur
« La réussite dans l’enseignement supérieur se prépare dès le lycée » : si on écoute le ministre de l’Éducation nationale, les lycéens sont au cœur des réformes annoncées par le gouvernement. Mais pour quoi faire ? Accompagner « chacun vers la réussite » ?
Ce lundi 30 octobre, le Premier ministre et les ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ont présenté leur « plan étudiants » en donnant les principaux éléments des réformes concernant l’enseignement supérieur, et notamment l’accès à l’université.
Ce lundi 30 octobre, le premier ministre et les ministres de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur ont présenté leur « plan étudiants » en donnant les principaux éléments des réformes concernant l’Enseignement Supérieur, et notamment l’accès à l’université.
Ce lundi 30 octobre, le gouvernement Macron a fait un pas de plus dans les attaques contre la jeunesse, en dévoilant son « plan étudiants », qu’il souhaite être effectif dès 2018.
« Réformer l’université », voilà l’un des grands « projets » du gouvernement, via la « concertation » lancée par la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal.
Cela fait déjà trois fois que les étudiantEs ont été appelés à descendre dans la rue contre le gouvernement.
« L’université, ce n’est pas pour tout le monde », a déclaré le président de la République dans une interview au Point. Une déclaration qui a le mérité d’être claire, et qui préfigure les attaques que le gouvernement veut mener contre les étudiants et les universités. 
La rentrée universitaire 2017-2018 restera comme une des pires en matière d’affectation des néobachelierEs dans l’enseignement supérieur. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Jeunesse