Jeunesse

« L’université, ce n’est pas pour tout le monde », a déclaré le président de la République dans une interview au Point. Une déclaration qui a le mérité d’être claire, et qui préfigure les attaques que le gouvernement veut mener contre les étudiants et les universités.

 

La rentrée universitaire 2017-2018 restera comme une des pires en matière d’affectation des néobachelierEs dans l’enseignement supérieur. 
Dans la rue le 12 Septembre contre la casse de nos droits !
Au moment de l’élection présidentielle, on a beaucoup entendu que Macron, du haut de ses 39 ans, était le président le plus jeune de l’histoire, comme s’il incarnait une sorte de renouveau de la politique.
Alors que le gouvernement Macron-Philippe profite de l’été pour avancer sur sa loi travail 2, l’enseignement supérieur et la recherche ne sont pas exempts des attaques du ministère, entre la réduction des budgets, les 65 000 bacheliers sans facs, et la réforme sur la sélection en licence pour
Avec son calendrier qui transforme les législatives en troisième et quatrième tour de la présidentielle, le système électoral à fait son œuvre.
Mardi 14 février, 19 étudiantEs investissaient pacifiquement la présidence de l’université de Besançon pour s’opposer au vote sur la sélection à l’université.
Etudiants, pas criminels ! Comme le dit M. Bahi, « ça suffit » !
A chaque élection, la jeunesse est une cible de choix.
Interview d’Anne-Cécile Vain de la commission étudiante de l’IUT d’AuchPeux-tu nous expliquer ce qui se passe aujourd’hui ?

Pages

S'abonner à Jeunesse