Revue L’Anticapitaliste n°92 (novembre 2017)

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Ce que la presse a convenu d’appeler le « procès de la voiture de police incendiée du quai de Valmy » a rendu son verdict le 11 octobre : de très lourdes peines pour une partie des neuf accusés. Sept, cinq, quatre et deux ans d’emprisonnement, dont la moitié ferme, pour six d’entre eux.

« Derrière le mythe de la révolution citoyenne », était titré l’article  de notre précédent dossier consacré à l’Amérique latine (« Les gouvernements "progressistes" à bout de souffle », n° 58 d’octobre 2014). Souvent, un mythe perdure pourtant bien au-delà de sa date de péremption.
Pendant quatre mois, une crise politique aiguë a agité le Venezuela. Celle-ci s’inscrit dans le contexte d’un effondrement économique qui frappe le pays depuis 2014. Les classes populaires vénézuéliennes paient un lourd tribut et subissent des violences de toutes formes. 
La situation argentine présente certaines similitudes avec celle que nous connaissons en France. Comme ici, les deux formations qui étaient depuis des décennies les piliers du bipartidisme bourgeois ont éclaté ou se retrouvent dans une crise profonde.
Il y a trois ans, nous analysions la situation des gouvernements latino-américains dits « progressistes », en signalant qu’ils étaient « à bout de souffle »1.
Entretien avec Steven, livreur Deliveroo, membre du « CLAP »
Face à la violence des plateformes numériques leur imposant des conditions de travail dignes du 19e siècle, et devant l’inefficacité d’une justice de classe, les travailleurs ubérisés utilisent l’arme de la grève pour améliorer leur quotidien.
La question a été mise sur le tapis de façon spectaculaire et brutale en plein été, par l’annonce faite de la baisse des APL de 5 euros par mois. Provocation  destinée à préparer l’offensive, à préparer les esprits à la réalité des intentions du gouvernement…
Le gouvernement de la Generalitat croyait s’engager dans une voie facile, une consultation à l’écossaise mais avec un Oui à la clé, une séparation de l’Etat espagnol appuyée par les « acteurs économiques» et pouvant compter sur la neutralité plus ou moins bienveillante des autres pays europée
La déclaration d’indépendance de la Catalogne a hérissé beaucoup de monde.

Pages

S'abonner à Revue L’Anticapitaliste n°92 (novembre 2017)