Revue L'Anticapitaliste n°64 (avril 2015)

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

C’est au terme d’une lutte acharnée de douze années contre les nations européennes les plus puissantes de l’époque que la population esclave de Saint-Domingue a obtenu sa liberté.
Sotiris Martalis est un responsable de DEA, membre du comité central de Syriza.
Alors que l’Union européenne et la Troïka poursuivent leur offensive afin de mettre à genoux le nouveau gouvernement, celui-ci continue de refuser l’affrontement et de reculer… Mais les travailleurs et le peuple grecs n’accepteront pas indéfiniment les renoncements qui s’accumulent. 
Les conceptions de Costas Lapavitsas sont influentes au sein du Courant de gauche de Syriza, le principal courant critique vis-à-vis de la direction d’Alexis Tsipras. Dans une interview parue récemment sur le site états-unien du
Le gouvernement Tsipras a déjà échoué et les conséquences vont être dramatiques, mais une gauche plus conséquente se maintiendra et développera en Grèce, estime l’auteur de ce texte paru le 27 février 2015 sur le site de l’organisation britannique RS21
Ce texte publié initialement sur le site de la LCR de Belgique est le quatrième et dernier d’une série consacrée aux « Mythes et réalités des ‘’Fronts popula
La crise grecque est fréquemment ramenée à une crise de la dette (de la même façon que la crise économique internationale est parfois réduite à une crise financière). Cette caractérisation mérite au moins débat.
La Convention  nationale vota l’abolition de l’esclavage le 4 février 1794. En Guadeloupe, la mesure sera effective jusqu’en 1802, mais pas en Martinique.
Nous publions dans ces pages le témoignage d’une infirmière sur la dégradation des conditions d’exercice de son métier.

Pages

S'abonner à Revue L'Anticapitaliste n°64 (avril 2015)