Hebdo L’Anticapitaliste - 410 (21/12/2017)

Le parti de Nicolás Maduro a remporté, dimanche 10 décembre, plus de 300 municipalités sur les 335 en jeu. Cette victoire, obtenue grâce au boycott des trois principaux partis d’opposition, ne lève aucune des grandes incertitudes qui hypothèquent l’avenir du Venezuela.

Le 16 décembre, une manifestation de soutien aux migrantEs était organisée à Villars-les-Dombes, alors que le FN organisait un rassemblement anti-immigréEs.
Depuis plusieurs mois, des associations se sont groupées dans les Hauts-de-Seine pour lutter contre l’aggravation des conditions d’accueil des personnes étrangères à la préfecture de Nanterre et dans les sous-préfectures. 
Avec la révolution d’Octobre, de nombreux artistes voient la possibilité de construire une société nouvelle et un rapport nouveau à la culture, ainsi que la perspective de mettre en œuvre la théorie d’un art global.
Les principaux responsables bolchéviks avaient lu ou du moins connaissaient les thèses de Marx et Engels sur la famille « bourgeoise » comme lieu de transmission de la propriété privée et de l’oppression des femmes.
À leur arrivée au pouvoir, les bolchéviks durent faire face à une situation sociale dramatique qui les contraignit à régler en urgence d’immenses difficultés pour assurer la survie de populations menacées par la misère, la famine, la guerre et le développement des épidémies.
Deux mois après les élections législatives, le nouveau gouvernement autrichien vient d’être constitué. L’extrême droite y est en position de force, avec entre autres les ministères de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères. 
À moins d’un an du référendum d’autodétermination en Kanaky-Nouvelle Calédonie, l’État français met le turbo pour que le « non » à l’indépendance l’emporte.
Après des années de résistance des opposantEs, un rapport commandé par le gouvernent reconnaît qu’il est possible d’aménager l’aéroport actuel de Nantes-Atlantique. Le préalable à un possible abandon du projet de transfert à Notre-Dame-des-Landes.
À la fin de la semaine dernière, le gouvernement a mis en scène son déplacement à Cahors pour montrer qu’il s’intéressait à la France profonde. Derrière le cirque, il y a des déclarations d’intention et une ignorance des vrais problèmes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Hebdo L’Anticapitaliste - 410 (21/12/2017)