Nîmes, 26/01

Politique
actualité

La manif d'hier à Nîmes prouve que la mobilisation, en léger repli en terme de nombre (500 GJ), en réalité ne faiblit pas réellement. Comme samedi dernier, avec moins de flics, ça a été tranquille. Mais il est clair que la détermination est toujours là. On a encore beaucoup marché et terminé tard ! Il y a là un noyau dur de fidèles qui ne sont pas prêts de lâcher ! De plus il ya plus ou moins eu des consignes pour aller soit à Avignon, soit à Montpellier. Ce qui dilue un peu la mobilisation sur Nîmes.

La nouveauté, c'est que les AG hebdomadaires du jeudi (Petit mas d'Assas à l'extérieur de la ville) sont constructives et intéressantes. Des décisions se prennent, des votes sont émis. Dimanche il y a la chaîne humaine entre Nîmes et Montpellier tout de même ! Des commissions se réunissent et les AG font désormais partie des habitudes avec des CR écrits précis sur la nature du débat et les décisions prises. Ca avance incontestablement : la grève reconductible à partir du 5 février est de plus en plus vue comme une solution nouvelle à la mobilisation. La paralysie de l'économie est plus que jamais à l'ordre du jour, ce que le mouvement avait tenté au début avec les camions en agissant sur les flux : il faut maintenant agir sur la production ! Mais il se dit aussi que les GJ doivent aller à la rencontre des salariés pour la préparer cette grève, ce qui est nouveau.

Pour Commercy, il n'a pas été décidé de s'y rendre, mais ça avance. C'est que l'urgence démocratique et politique fait bien partie de nos revendications, avec l'urgence sociale ( salaires ) et l'urgence fiscale ( CICE, fraude fiscale, ISF, TVA, progressivité de l'IR etc). Notre AG est globalement opposée au « grand débat » et opposée à l'organisation classique de nouvelles élections. Le RIC de ce point de vue est considéré comme une solution miracle, mais fait pas du tout l'unanimité. Il est certain que Commercy serait mieux avec la mise en place d'un début d'assemblée constituante.

Voilà c'est pas si mal, on ne lâche rien, pas le moment !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.