Bordeaux

Politique
actualité

La manifestation du 12 a compté près de 10 000 personnes à Bordeaux (6000 selon la préfecture), dans une ambiance combattive et sympathique, franchement à la hausse. 

Dans les évolutions importantes, un cortège de militants syndicaux et politiques a commencé à se constituer, en se retrouvant avant, autour de la CGT Ford, de militants Solidaires, d’autres groupes CGT (UL Bordeaux nord, inspection du travail, monnaie, santé, éducation, etc.), FSU aussi et certains FO, CNT, etc. L’apparition est encore timide (pas de banderole, peu de pancartes) mais le cortège a bien tenu avec beaucoup de militants badgés, des slogans.

Dans la semaine, s'est constitué ce « pôle ouvrier » dans le mouvement, pour porter des revendications de classe, et internationalistes. Les discussions se mènent, les réticences sont encore là, mais ça commence à basculer dans ce sens. Dans les discussions parmi les Gilets jaunes, la nécessité de faire le lien avec les syndicats se discute aussi de plus en plus.

Une banderole contre la répression policière. Dans la semaine, dans le milieu qui s’était mobilisé avant les vacances, les discussions ont repris notamment sur la nécessité de faire le lien entre les revendications étudiantes (frais d’inscription, etc.) et le mouvement des gilets jaunes.

Par ailleurs, un groupe conséquent et organisé avec banderole et pancartes « sans frexit par de RIC » était bien visible.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.