Orne, 12/01

Politique
actualité

Flers

Samedi 12 janvier, 250 Gilets jaunes ont défilé (sous la pluie) dans les rues du centre-ville de Flers. Ils étaient une centaine de moins que la semaine passée. Depuis le 24 novembre, le même rituel se réitère, chaque samedi, dans le centre-ville de Flers. Les Gilets jaunes se retrouvent sur le parking du château de Flers et parcourent les rues de la ville. Samedi 12 janvier, les organisateurs ont compté 250 manifestants au départ de la manifestation. (infos Ouest-France)

Mortagne

Dimanche 13 janvier

Les Gilets jaunes du Perche ornais ont organisé une marche blanche silencieuse, à Mortagne-au-Perche, aujourd'hui dimanche 13 janvier 2019, à 10h30, en mémoire des victimes décédées ou blessées pendant les actions des Gilets jaunes. 150 personnes de Mortagne, ou venant d'Argentan, de Sées, de Nogent, d'Alençon ont défilé silencieusement depuis l'entrée de la ville jusqu'au centre ville. 
Devant la sous-préfecture, plsuieurs personnes se sont exprimés pour dire la violence policière qui s'est exercée contre les Gilets Jaunes et énumérant les noms de tous ceux et toutes celles qui ont été blessés depuis le début du mouvement, certains très grièvement (yeux crevés, mains arrachées) et qui garderont toute leur vie la marque de ces violences. Liste des morts également...puis une minute de silence. Très émouvant! avec des manifestantEs portant des photos de plusieurs victimes et portant les croix des morts. Ensuite des enfants ont relaché colombes et tourterelles. Nous avons repris notre marche en direction du monument aux morts avec une nouvelle minute de silence. Puis nous avons rejoint le lieu de départ de la marche, en scandant quelques slogans. Un grand bravo aux organisateurs/trices! Il faudrait maintenant que nous tous et toutes GJ lancions une campagne pour imposer: 
-l'abandon et l'interdiction de toutes les armes dites non-létales -que la lumière soit totalement faite sur les chaînes de commandement responsables des violences plicières ayant abouti à des blessures de manifestants (à ce jour seulement 78 enquêtes ouvertes par l'IGPN et 0 policier suspendu) -amnistie générale et sans condition pour toutes les victimes de la répression policière et judicière exercée par le gouvernement Macron (plus de 6000 arrestations, plus de 5000 Garde A Vue; 300 incarcérations,20 000 suites pénales). 

Présence de Ouest-France, du Perche, France Bleue et France3, le reportage est passé le midi

 

Alençon 

Samedi 12 janvier

Le matin, entre 30 et 50 personnes, sur le rond point route du Mans (sud de la ville). On a joué aux chats et à la souris avec la gendarmerie de la Sarthe (cheffaillon très énervé!), qui nous a menacé de verbaliser si nous bloquions. Du coup, on est parti à un autre rond point, et on a « traversé, retraversé, et re et re traversé la rue ». Plutôt sympa ! Beaucoup de conversations/réunion publique du mercredi soir (cr ci-dessous). Quelques personnes qui n'étaient encore jamais venues. J'ai beaucoup discuté avec trois retraités portant leur gilet jaune CGT-EDF, très remontés contre Martinez et l'UD (très opposée aux GJ d'après eux).

L'après-midi, je n'y étais pas, mais il y avait 150 personnes, pas de blocage réel, ralentissement. Très contents du nombre. 

On sentait que le moment fort avait été le mercredi et que ces deux moments se vivaient comme des moments de retrouvailles et de bilan. 

Mercredi 9 janvier

Une réunion publique avait été décidé en AG, pour inviter la population alençonnaise pour une soirée « Les GJ, qui nous sommes et que voulons-nous ? ». L'info avait circulé via la presse locale et les réseaux. France 3 était présente ainsi que Ouest-france, Orne-hebdo et France Bleue.

Dès 19h, heure début réunion, la salle Baudelaire était bourrée, personnes sur les côtés, aux balcons. CertainEs ont dû rester dans le hall, et à l'extérieur. 300 personnes (même la presse donne ce chiffre).

Beaucoup de GJ avaient leur GJ. A vu de nez, plus de la moitié avaient participé au mouvement, ensuite curieux/observateurs . Je n'avais jamais vu certainEs dans aucune mobilisation, présence de plusieurs « habitués » des mobilisations.

Une GJ a introduit « C'est quoi un GJ ? » : citoyens en colère, collection d'individus, pas de dépendance à un syndicat/parti, ne plus subir, résistance au système, actions, pas de chef. 

Un GJ a rappelé les différentes actions depuis le 17 novembre sur Alençon.

Ensuite, lecture des revendications élaborée collectivement, avec commentaires : dignité, démocratie détournée par une caste, hausse constante des prélèvements, critique du CICE, impôts qui augmentent et qui ne vont pas aux services publics qui disparaissent, suppression CSG, taxation des revenus indécents et des produits financiers, politique efficace contre la fraude (la grosse), plus de démocratie locale/le peuple doit reprendre la main, taxe sur le kérosène des avions et des cargots, Inciter à la production locale/agriculture, financement des élus sous conditions financières (comme la population), où va le pognon/audit...

Puis interventions de GJ d'autres villes qui ont témoigné de leurs actions/vie : Argentan, Perche/Mortagne, Sées, Nogent, Mamers. Cela a duré un bon moment mais c'était super intéressant, cela donnait des idées, beaucoup d'émotion parfois, et une énergie intense/on ne s'arrêtera pas. 

Avant le débat les animateurs ont renu à dire qu'ils en avaient marre que l'on dise que les GJ étaient des racistes, antisémites, qu'ils voulaient le retour de la peine de mort, et la suppression de l'IVG. Applaudissements ! 

Ensuite la parole a été donnée à la salle, une dizaine d'interventions (très variées, sanslien entre elles, pas de débat en fait). Grâce à des GJ, qui m'avaient vu dans plusieurs actions, j'ai pu prendre la parole. Je me suis présentée comme participant à actions GJ, et fière d'être dans ce mouvement qui a fait reculer ce gouvernement/affrontement, que pour beaucoup dans cette salle qui militions depuis des dizaines d'années, on avait subi défaites sur défaites depuis 2010... et qu'aujourd'hui, il était temps pour ceux qui ne l'avaient pas encore fait de rejoindre ce mouvement. Grand succès ! CertainEs sont venues me dire que cella les avait bousculé/convaincu. On ne prêche pas toujours dans le désert !

La moitié des interventions est venue de personnes extérieures aux GJ (un peu mal ressenti par plusieurs GJ, mais reconnaissant que ce n'était pas une AG).

Puis on est passé au RIC. Un GJ en a présenté les différents aspects (législatif, révocation, et constituant), appelant à une nouvelle constitution écrite par les citoyens eux-mêmes.

S'en est suivi un petit débat. Un GJ est intervenu, en contre, expliquant qu'étant dans un pays avec tradition révolutionnaire, on pouvait aller plus loi avec démocratie directe/autogestion/palle de Commercy. Un GJ contre le RIC, et pour des assemblées populaires . Deux interventions courtes sur modalités techniques de la faisabilité du RIC. Je suis intervenue sur démocratie directe/ RIC pas forcément contradictoire, il faut réfléchir ensemble pour refonder démocratie (critique démocratie représentative).

Puis la soirée s'est terminée avec galettes, cidre, jus d'orange etc...(tous les GJ avaient été invités à amener quelque chose) . Ambiance conviviale, très chaleureuse (ça chanhe des réunions militantes habituelles Ici ou ailleurs!). 

Donc un réel succès, le nombre, l'organisation, les débats...GJ fiers de ce qu'ils avaient montrer. Les plus surpris de l'affluence était sans nul doute les « observateurs ». D'ailleurs, le samedi deux FI que je n'avais jamais vu, étaient au rond point le matin.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.