6/01 - Manif femmes gilets jaunes Paris

Politique
actualité

La manif avait été appelée depuis un groupe facebook Femmes Gilets Jaunes sur un contenu très essentialiste ("nous sommes la mère patrie", "nous restons complémentaires et solidaires aux hommes ce n est pas une lutte féministe mais féminine" etc.), appelant les femmes à sortir de leur "discrétion" pour prendre la place qui est la leur dans la révolution : en tête de manif !, à reprendre toutes les revendications des Gilets Jaunes car "nous sommes les Gilets Jaunes".

Au plus fort de la manif 2000 personnes et en moyenne entre 1000 et 1500. Une très très large majorité de femmes, manifestement des classes populaires, du coup beaucoup de femmes racisées.

Pas de cortège organisé, quelques cheminotes et une présence de groupes féministes : Collectif Féministes Révolutionnaires, quelques militantes du Planning, du CNDF et de quelques assos historiques du mouvement féministe.

Manif qui part en direction de République, pause pour rendre hommage aux lycéen·ne·s de Mantes-La-Jolie.

Comme toute manif des Gilets Jaunes, pas vraiment de cortège organisé, un joyeux bordel avec beaucoup de slogans "macron démission" et "macron président des patrons", et très peu de slogans féministes. Quelques discussions houleuses à plusieurs moments de la manif quand des personnes entendent d'autres personnes tenir des propos ou sexistes ou racistes ou homophobes.

Arrêté·e·s plusieurs fois à cause de la police, puis à République contournement des flics qui protégeaient la place, et nassage dans une rue adjacente.
Ca dure un peu mais ça s'énerve dans la nasse, ça pousse, ça gaze, ça repousse et dénassage ! C'était vraiment un très beau moment, grosse joie à avoir réussi à forcer une nasse de flics. On s'arrête un peu place de la République, on chante, se félicite et puis une dizaine de minutes plus tard ça repart à toute allure boulevard des italiens.

Puis manif qui se fait coupée en deux car les flics bloquent à une rue, mais finalement on se retrouve une demi-heure après dans la joie au croisement d'une rue ! Direction opéra, arrivé·e·s là-bas on se disperse sur la place, ça se regroupe sur les marches de l'opéra, ça chante pas mal (des slogans, l'hymne des femmes et surtout la marseillaise reprise très largement - et lancée par une femme qui avait autour du cou une pancarte dénonçant les violences policières).

Les gens se dispersent puis d'un coup les flics nassent la totalité de la place. Énorme présence policière (une cinquantaine de camions pour 200 personnes nassées !) Ca durera plus de 2 heures dans le froid, sans endroit pour pisser, plusieurs moments où ça chauffe entre manifestantes et flics, un peu de gazs et de matraques qui volent, mais pas grand chose au vu des violences auxquelles nous sommes habitué·e·s depuis la loi travail...

Les bus pour emmener à garde-à-vue arrivent et ils finissent par laisser sortir au compte-goutte. Aucune idée de s'il y eu des gardes à vue, mais ça ne m'étonnerait pas que ce soit le cas, car un chef CRS qui avait repéré mon petit groupe qui chantait des slogans politiques ne voulait pas nous laisser sortir de la nasse et était parti pour nous attraper. Mais un gendarme avec qui on avait discuté plus tôt a pris notre défense en mentant et disant que nous n'étions pas de la manif, qu'il se trompait et qu'il ferait mieux de nous laisser partir.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.