Unanimité néocoloniale au Parlement

L'Assemblée Nationale et le Sénat ont voté la prolongation de la guerre en Centrafrique, pratiquement à l'unanimité (428 pour, 14 contre à l'AN, 328 pour, 3 contre au Sénat). La majorité des élus du Front de gauche n’a même pas osé s’opposer à cette intervention militaire.

Cela confirme aussi l'envoi de 400 militaires français supplémentaires.

Malgré la mise en place d'une nouvelle présidente au service de la Françafrique, Catherine Samba-Panza, le gouvernement français reconnaît toujours des "difficultés".

Le rapport d'Hubert Védrine confirme que le rôle de l'intrusion guerrière française en Françafrique a pour but de reconquérir des parts de marché, pas de porter secours à la population. Nous le répétons une fois de plus : "La France est le problème, pas la solution en Afrique".

Le NPA s'oppose à l'intervention française et appelle à manifester le 1er mars dans le cadre de la clôture de la semaine anticoloniale.

 

Montreuil, le 26 février 2014

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.