Les JO de la répression

Les JO de Sotchi qui s'ouvrent officiellement aujourd'hui sont d'ores et déjà  les jeux les plus chers de l’histoire. Dans un pays où Poutine règne en véritable tyran, les plus de 36 milliards d’euros dépensés pour accueillir ses jeux ne serviront qu'à redorer son image au niveau international et en rien au peuple russe. Des milliers de travailleurs ont été exploités souvent réduits à l’état d’esclave pour construire les structures olympiques, par ailleurs ce chantier est un véritable désastre écologique.

De plus, derrière la flamme olympique, il y a des centaines d’opposantEs politique qui ne profiteront pas des feux des projecteurs et attendent toujours un procès, emprisonnés dans les pires conditions, dans des camps de travail, dont de nombreux militants russes soutenus par le NPA, des militants libertaires, anticapitalistes ou tout simplement des démocrates dénonçant le diktat de Poutine comme l’ont illustré les Pussy Riot.

L’inhumanité du pouvoir russe ne s’arrête pas là puisque l’homophobie est désormais d’Etat depuis que Poutine a promulgué en juin 2013 des lois homophobes qui condamne la  « propagande homosexuelle ». Ces lois permettent la chasse aux LGBT et l’interdiction qui est faite aux homosexuels de se montrer. La marche des fiertés n’a jamais pu se tenir sans incidents et n’a jamais été autorisé par le pouvoir russe.

Le NPA appelle toutes les personnes, organisations de gauche, associations à manifester leur solidarité avec les prisonniers politiques, tous les LGBTI russes opprimés, et à dénoncer le désastre écologique irréversible à l’oeuvre.

Montreuil, le 7 février 2014

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.