Intervention féministe : dans le mouvement ouvrier et dans le mouvement autonome des femmes

Notre courant, anticapitaliste et révolutionnaire, comprend l’oppression des femmes comme une double oppression : en tant que travailleuses et en tant que femmes. C’est pourquoi nous défendons une perspective féministe dans les mouvements sociaux, et que nous avons à cœur de reconstruire le mouvement autonome des femmes.

Une perspective féministe dans notre action politique
Les femmes sont les premières touchées par la crise, parce qu’elles sont plus affectées par le chômage, que leurs emplois sont plus précaires et qu’elles subissent très majoritairement les temps partiels. D’autre part, la mise à mal des services publics sous le coup de l’austérité affecte principalement les femmes sur qui retombe encore la majorité des tâches domestiques. Plus récemment, la réforme des retraites est venue aggraver leur situation car les femmes ont plus souvent des bas salaires, des carrières incomplètes et donc des pensions insuffisantes. 
Si ces aspects liés au travail sont fondamentaux, ce ne sont pas nos seules préoccupations : défendre une perspective féministe, c’est aussi lutter pour la PMA revendiquée par les lesbiennes et abandonnée par le gouvernement, pour la régularisation de touTEs les sans-papiers, contre la remise en cause du droit à l'avortement, etc.
À l’heure où la nécessité d’une riposte contre les attaques du gouvernement se fait de plus en plus sentir, le NPA porte ces thématiques pour donner à toutes nos campagnes une dimension féministe.

La reconstruction du mouvement autonome des femmes
Parce que la perspective féministe est trop souvent considérée comme secondaire dans un espace syndical et politique encore très masculin, nous pensons qu’il est nécessaire de reconstruire un mouvement autonome des femmes. Et en effet, dans les années 1970, ce mouvement autonome a pu porter des revendications comme le droit à l’avortement jusqu’à la victoire. 
Sa reconstruction va de l’animation de commissions femmes dans les syndicats à la constitution de collectifs unitaires sur des questions féministes. Dans de nombreuses villes, facs ou quartiers populaires, des structures existent et défendent les droits des femmes : droit à l’avortement, lutte contre les violences faites aux femmes, solidarité internationale, etc.

Comment l’intervention féministe s’organise-t-elle au NPA ?
Comme sur tous les sujets, les comités portent l’orientation du parti et ont des activités féministes, pour le 8 mars ou à d’autres occasions. Les militantEs qui ont une activité féministe régulière se réunissent au niveau régional et au niveau national (commission nationale d’intervention féministe) pour échanger sur leurs activités et coordonner au mieux leur intervention. Enfin, les formations sur le féminisme organisées à divers échelons nationaux et internationaux ainsi que les congrès sont des moments au cours desquels touTEs les militantEs peuvent s’emparer du débat sur l’intervention féministe. 
Parce que le NPA n’est pas en dehors de la société, la bataille pour une organisation réellement féministe reste un enjeu permanent : directions paritaires, prise en charge collective des enfants lors des réunions… sont autant de pas vers un parti à l’image de la société que nous voulons, débarrassée de toutes les oppressions !

Correspondantes commission nationale intervention féministe

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.