La Poste

La semaine dernière, quatre postierEs du 92 étaient convoqués par une juge d’instruction du tribunal de Paris.

Il aura fallu 24 jours de grève de la faim pour Sébastien et 26 jours de grève des quelques 30 facteurs martégaux pour que les agents du service public soient enfin écoutés et entendus par la direction de La Poste.
Après un passage au Sénat qui s’est achevé lundi, le projet de loi sur le changement de statut de La Poste devrait arriver fin novembre à l’Assemblée nationale. La résistance s’amplifie désormais, avec des appels clairs à la mobilisation.
La majorité de droite a voté cette nuit au Sénat le changement de statut de la Poste. Celui-ci ouvre la voie à la privatisation du service public postal contrairement aux mensonges véhiculés p arl'UMP.
La motion référendaire tendant à proposer au Président de la république de soumettre au référendum letexte de loi postale a été rejetée par les sénateurs lors de la session du 4 novembre 2009 à 184 voixcontre et 153 pour.
«Le travail est au coeur des enjeux essentiels de notre pays(...). Or, il y a aujourd'hui un vrai malaise dans beaucoup d'entreprises où le travail est trop souvent synonyme d'angoisse ou de malheur.
Depuis plus de 20 jours, près de 30 postiers sont en lutte à Martigues contre une réorganisation anti-sociale de leur travail. Des mesures disciplinaires sans précédents ont été la seule et unique réponse de la direction de la Poste.
Malgré ses promesses électorales, le New Labour a décidé de privatiser la poste, Royal Mail. Le syndicat CWU a lancé une grève nationale pour faire échouer le projet.
En annonçant, dès le 5 octobre, la mise à l’ordre du jour du projet de privatisation de La Poste au Sénat le 2 novembre, soit le lendemain de la votation citoyenne où près de 2,5 millions de personnes ont exigé le retrait du projet et un référendum, le gouvernement joue les gros bras.  De plus, a
 Après le succès de la votation citoyenne le 3 octobre, la mobilisation continue contre le changement de statut de la Poste et sa privatisation annoncée.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à La Poste