La Poste

 
Après plus de 3 mois de paralysie très importante due à la crise du Covid-19, l’heure est à la reprise de l’activité à la Poste de Boulogne-Billancourt, le plus gros bureau de distribution du courrier des Hauts-de-Seine.
 
Dans la gestion de la crise sanitaire, l’omerta est une ligne de conduite permanente pour les dirigeants de La Poste.
Deux postiers ont reçu le 24 mars une amende pour s’être rendus dans un bureau de poste afin de défendre leurs collègues puisqu’aucune me­sure sanitaire n’était respectée. Les deux repré­sentants syndicaux ont alors vu la police interve­nir pour les obliger à sortir du dépôt.
Lorsque la situation de pandémie a été annoncée en France, le groupe La Poste a fait le minimum vis-à-vis des postierEs et de la responsabilité sociale qui consiste à prendre des mesures pour enrayer la contamination.
À Saint-Denis, Villetaneuse, Épinay-sur-Seine et l'Île-Saint-Denis, il ne reste qu'un bureau de poste ouvert pour 190 000 habitants.
Les droits de retrait massifs, qui ont concerné environ 10 000 postierEs, et l’intersyndicale large qui s’est constituée dans la foulée (voir l’Anticapitaliste n° 515) ont très clairement mis en difficulté la direction de La Poste, qui ne s’attendait pas à un tel niveau de réaction.
Plateforme Industrielle de Courrier de Fleury-les-Aubrais :
Les déclarations de Macron et Castaner, enjoignant la population à se confiner, ont confronté la majorité des salariéEs à deux injonctions contradictoires : rester chez soi, sans possibilité de voir sa famille ou ses amiEs, tout en continuant d’aller au travail pour nombre d’entre elles et eu
Il n’y pas besoin d’être Marie Curie pour comprendre les dangers auxquels sont confrontés les postiers et postières.
Notre camarade Yann Le Merrer définitivement révoqué de La Poste et de la fonction publique.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à La Poste