Vietnam : échec au roi

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Il n’y a aujourd’hui rien d’inhabituel à ce que les Etats-Unis perdent une guerre. Ce n’était pas le cas le siècle passé. Il y a tout juste 40 ans, la débâcle de 1975 au Vietnam fut un événement d’autant plus significatif que Washington avait des années durant mobilisé ses gigantesques moyens pour l’emporter, tant le bras de fer indochinois avait une portée internationale majeure. Entre révolution et contre-révolution, confrontation des « blocs » est-ouest et conflit sino-soviétique, le Vietnam était le « point focal » de la situation mondiale dans une configuration géopolitique sans équivalent depuis.

Le 30 avril 1975, l’Armée populaire de libération entre sans coup férir dans Saïgon à la suite d’une offensive éclaire. Le régime saïgonnais, porté à bout de bras par Washington, s’effondre comme un château de cartes. Pris de court, les États-Unis doivent évacuer les lieux en urgence, des hélicoptères venant récupérer leurs ressortissantEs sur le toit de l’ambassade US, sous l’objectif des télévisions du monde entier ! Une terrible humiliation pour la superpuissance impérialiste, alors réputée invincible...

Cela faisait une bonne vingtaine d’années que les États-Unis s’étaient engagés contre le mouvement de libération au Vietnam, ayant en effet commencé à intervenir avant la défaite française de 1954 pour se préparer à prendre le relais d’un régime colonial en plein déclin. Il ne s’agissait pas pour Washington de défendre des intérêts particuliers (accès à des marchés, investissements…). L’enjeu était d’emblée géostratégique : porter un coup d’arrêt définitif à toute dynamique révolutionnaire en Asie...

Dossier réalisé par Pierre Rousset

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.