Théâtre : « 14-19, la mémoire nous joue des tours ». Compagnie Jolie Môme

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Le nouveau spectacle de la compagnie Jolie Môme fait à sa manière un retour critique sur la guerre de 14 en ce temps du centenaire de la première grande boucherie. Les représentations ne dureront que jusqu’au 21 décembre, autant dire qu’il faut se dépêcher d’y aller.
C’est bien un spectacle « Jolie Môme », où l’on retrouve la patte habituelle de la troupe : une succession de tableaux vivants, de séquences chantées, d’acteurs et actrices virevoltant sur la scène, le tout accompagné par une section musicale particulièrement soutenue par des cuivres en nombre.

De 14 à 19, tout y passe : la montée du militarisme, la mort de Jaurès, la faillite de la social-­démocratie, la course à la guerre des puissances impérialistes, la boucherie, la révolution russe et l’écrasement de la révolution allemande, l’assassinat de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg et le fascisme qui vient. Le moment de bravoure, particulièrement réussi, c’est le grand monopoly des puissances qui marchent, qui courent, à la guerre.

Au centre de la pièce, le regard de Sam, une descendante de Jeanne Labourbe, militante communiste auvergnate, qui est allée à Odessa faire campagne auprès des soldats français envoyés par Clemenceau contre la révolution russe. Et la trahison des socialistes qui passent des campagnes anti-guerre internationalistes au ralliement honteux derrière leurs nationalismes respectifs. Cela résonne particulièrement bien avec la situation d’aujourd’hui... « Pas de socialistes au pouvoir sans guerre contre les peuples ! »
Un spectacle de Jolie Môme ça fait du bien. Par le point de vue, par le parti pris. Par le plaisir que l’on prend. Une forme de revanche. Une sorte de décrassage de la conscience. Peut-être un peu trop de fumée sur scène, mais presque inévitable dans ce spectacle marqué par le cinquième couplet de l’Internationale : « les rois nous saoulaient de fumée… »

JMB
Vendredi / samedi à 20 h 30 et dimanche à 16 h au théâtre La Belle Étoile, 14 rue Saint-Just, Saint-Denis
Réservations conseillées au 01 49 98 39 20. Tarifs 18 et 12 euros.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.